UNE FORTE DELEGATION DES GRANDS LACS REÇUE A L’ASSEMBLEE NATIONALE

, , ,

Evaluer la situation sécuritaire, humanitaire et s’enquérir des efforts sans cesse constants déployés par les hautes autorités dans la mise en œuvre de l’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation en Centrafrique de Khartoum, ont été les maitre-mots à l’ordre du jour de l’audience que le Président de l’Assemblée Nationale, Laurent NGON-BABA a accordée le mardi 10 mars 2020 à l’Ambassadeur Zachary MIRIBI-MUITA, Secrétaire Exécutif de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL).

Monsieur MIRIBI-MUITA, pour la circonstance s’est fait entourer des Hauts cadres diplomates ainsi  des Officiers Généraux et Supérieurs des forces armées des pays membres de laConférence Internationale sur la Région des Grands Lacs et les longuesdiscussions qu’ils ont eues, ont permis au point focalCIRGL, honorable Davy YAMA de faire la déclaration suivante devant la presse parlementaire : «  La Représentation Nationale à travers le Président de l’Assemblée Nationale et nous qui l’avons assisté dans cette audience s’est beaucoup réjouie de la présence du Secrétaire  Exécutif de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs, accompagné aussi des membres du mécanisme conjoint d’évaluation élargie constitués des militaires représentant tous les pays de la CIRGL ».

« Nous avons apprécié cette visite parce que c’est une fois de plus une attention particulière qui est portée sur notre pays, la République Centrafricaine à travers l’évaluation dans la mise en œuvre de l’Accord de Khartoum signé à Bangui le 06 février 2019 », a fait savoir le Député de Kouango 2 qui indique : « Ils sont venus évaluer la mise en œuvre de cet accord et proposer aussi leur appui pour l’accompagnent dans le processus électoral en cours en République Centrafricaine mais,  cet appui peut être multi forme, il y a d’abord l’expertise de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs qui pourrait être mobilisée pour accompagner la République Centrafricaine par ce processus électoral ».

« Nous les avons invitésà faire un plaidoyer au tour de la question de la levée totale de l’embargo à destination de la République Centrafricaine » a-t-il souligné.