LE PREMIER VICE-PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE AU CONTACT DES MEMBRES DU COMITE NATIONAL DE LUTTE CONTE LE SIDA

,

Le Premier Vice-président de l’Assemblée Nationale, Jean Symphorien MAPENZI a accordé ce vendredi 09 août 2019, une audience à une délégation des conseillers du Comité National de Lutte contre le VIH/Sida, conduite par Madame Marceline SEREMANDJI.

L’engagement de l’Assemblée Nationale aux côtés du CNLS en vue d’entreprendre une grande campagne de sensibilisation dans l’optique de freiner la propagation de cette pandémie du siècle sur toute l’étendue du territoire national a été au centre des entretiens entre les deux parties comme l’a confirmé Madame Marie Solange PAGONENDJI-NDAKALA, membre du cabinet du Président de l’Assemblée Nationale, conseillère en charge de la famille et de la population: « Cette réunion fait suite aux deux engagements qu’avait pris le Président de l’Assemblée Nationale, Laurent NGON-BABA. D’abord lors d’une soirée de gala avec Madame Brigitte TOUADERA. Il a été question de voir comment inscrire dans le budget de l’Etat centrafricain des financements des Organisations Non Gouvernementales pour la lutte contre le Sida ».

Puis, elle a indiqué que : « Le Deuxième engagement du Président NGON-BABA a été lors de la cérémonie de présentation du Plan d’accélération de la lutte contre le VIH/Sida 2019-2021, cérémonie présidée par le Chef de l’Etat, Son Excellence le Président de la République et à cette occasion, le Président de l’Assemblée Nationale a été la première personnalité à s’engager et à engager tous les autres députés pour la lutte contre le VIH/Sida ».

« Il fallait que nous puissions opérationnaliser cela et ce que nous sommes en train de faire en nous rapprochant du CNLS qui a répondu favorablement à notre invitation. C’est ainsi que le Premier Vice-président de l’Assemblée Nationale Jean Symphorien MAPENZI qui a présidé cette rencontre a pris un certain nombre d’engagements dans le même sens que ceux du Président de l’Assemblée Nationale », a ajouté Madame PAGONENDJI-NDAKALA qui précise que : « D’ici la rentrée budgétaire d’octobre 2019, les députés pourront être sensibilisés, formés pourquoi pas faire un plaidoyer auprès d’eux pour qu’on puisse redynamiser les comités préfectoraux de lutte contre le VIH/Sida car, ce n’est qu’à partir des comités préfectoraux que nous pourrons espérer atteindre les Objectifs du Développement Durable en vue d’infléchir la courbe de la propagation du Sida à l’horizon 2021».