LE NOUVEL EXPERT INDEPENDANT DES NATIONS UNIES SUR LA SITUATION DES DROITS DE L’HOMME EN RCA PRESENTE SES CIVILITES AU PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE

, ,

Le Président de l’Assemblée Nationale, Laurent NGON-BABA a accordé une audience ce mercredi, 12 février 2020 à Monsieur Marc YAO AGBETSE, nouvel Expert Indépendant des Nations Unies sur la situation des Droits de l’Homme en République Centrafricaine.

En présence du 2ème Vice-président Mathurin DIMBELET NAKOE et de quelques membres du Cabinet, l’hôte du Chef du Parlement a affirmé venir pour faire une évaluation un an après de la mise en œuvre de l’Accord Politique pour la paix et la Réconciliation  (APPR-RCA).

 « Le mandat de l’expert indépendant consiste à évaluer  et à suivre l’évolution de la situation et à pouvoir,  formuler des recommandations portant notamment sur le service d’assistance technique que la Communauté Internationale peut apporter pour l’évolution de la situation dans le pays », a affirmé Monsieur YAO AGBETSE à sa sortie de cette audience.

Sur le renouvellement par le Conseil de Sécurité de l’ONU de l’embargo sur les armes à destination de la RCA jusqu’au 31 juillet 2020, l’expert s’est exprimé en ces termes : « Par rapport à la question  de l’embargo, effectivement c’est une question qui a été soulevée par des nombreux acteurs que nous avons pu rencontrer depuis notre présence ici. Cette question suscite de la part des différents acteurs et les appréciations varient. Pour les uns, il faut que cet embargo puisse être levé afin que l’Etat puisse se doter des instruments nécessaires pour le redéploiement des forces de défense et de sécurités sur l’ensemble du territoire, ce qui participe aussi de la restauration de l’autorité de l’Etat à travers l’ensemble du territoire. De l’autre côté, il y a des opinions tendant à attirer l’attention sur des précautions à prendre pour que la levée de l’embargo ne soit pas contreproductif ».

«  Pour nous, il est nécessaire de voir dans quelle mesure, cette mesure peut faire  l’objet de révision avec les réserves et les restrictions possibles afin que justement, l’Etat puisse avoir  des accès à des armes », a ajouté l’Expert Indépendant précise : «  Certes, mais qu’il y a certaines normes d’impeachment qu’il faut respecter, des critères objectifs qui accompagnent  justement l’accomplissement éventuel de l’embargo ».

L’émissaire onusien fait savoir ce qui suit : « Par rapport aux groupes armés qui ne respectent pas leurs engagements pris au titre de l’Accord Politique pour la Paix la Réconciliation, c’est une préoccupation du mandat de l’Expert Indépendant qu’il soit évidemment inquiet du fait que ses engagement pris ne soient pas toujours respectés. Et d’ailleurs lors de la  célébration du premier anniversaire de l’Accord de paix,  les représentants des groupes armés ont évoqué la possibilité d’activer l’article 35 qui porte sur les mesures répressives ».

« Je crois désormais que les mesures répressives sont détaillées et, qu’il n’est plus question que les groupes armés puissent  impunément attaquer les civiles », a-t-il conclu.

Il est à noter que Monsieur YAO AGBETSE nommé par le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU en septembre 2019 succède à Madame Marie-Thérèse KEITA-BOCOUM.