LE FORUM DES FEMMES PARLEMENTAIRES DE CENTRAFRIQUE CELEBRE EN DIFFERE LA JOURNEE INTERNATIONALE DE LA FEMME DU 08 MARS

,

La Journée Internationale de la Femme, édition 2020  célébrée le 08 mars de chaque année est une opportunité offerte à la RCA de valoriser le femme dans toutes ses dimensions et de reconnaitre ses potentialités ainsi que ses droits.

Dans ce contexte, les membres du Forum des Femmes Parlementaires de Centrafrique (FFPCA), sous la houlette de leur présidente, l’honorable Emelie Béatrice EPAYEne sontpas restés en marge de ces manifestations en organisant le samedi 14 mars 2020 une Conférence-débat dans le somptueux cadre de l’hôtel Ledger plazza à Bangui. Conférence-débat à laquelle ont pris part les femmes venues des quatre coins du pays.

Sur le thème : « Femme, Source de Paix et Pionnière du Processus Electoral en République Centrafricaine », d’imminents intervenants ont animé ce moment de partage d’expériences dont les travaux se sont déroulés sous le présidium de Madame Danièle DARLAN, Présidente de la Cour Constitutionnelle.

Parmi les sous-thèmes, il y avait entre autres le rôle de la Femme dans la consolidation de la paix en RCA, le politique genre de l’Autorité Nationale des Elections dans le processus électoral, les défis et avancées du cadre juridique sensible au genre pour les élections ou encore la participation des jeunes aux élections dans le contexte politique centrafricain.

Organisée par le Forum des Femmes Parlementaires de Centrafrique en partenariat avec l’Union Européenne au travers de son Programme de Consolidation de la Paix et de la Démocratie et l’Agence Belge pour le Développement(ENABEL), cette rencontre qui a drainé plusieurs personnalités de différentes sphères a été rehaussée par la présence de la Première Dame de Centrafrique, Brigitte TOUADERA qui a ouvert et clos les travaux.

L’Assemblée Nationale a été représentée par l’honorable Jean Symphorien MAPENZI, Premier Vice-président, représentant personnel du Chef du Parlement centrafricain Laurent NGON-BABA.

Tout a commencé par l’exécution de l’hymne national, La Renaissancepuis, deux allocutions ont ponctué cette conférence-débat. D’abord, celle de Madame Samuela ISOPI, Ambassadrice de l’Union Européenne et le discours de Madame la Première Dame de Centrafrique.

Ainsi, l’honorable Emilie Béatrice EPAYE,  Présidente duForum des Femmes Parlementaires de Centrafrique a, pour la circonstance tenu son discours en ces termes : 

« Honorable Président de l’Assemblée Nationale;

Madame Brigitte TOUADERA,  1ère Dame de Centrafrique;

Excellence, Madame Catherine Samba PANZA, Ancienne Cheffe d’Etat de Transition;

Mesdames les Présidentes des Institutions Républicaines;

Mesdames les membres du Gouvernement;

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Représentants des Organisations internationales;

Madame la Vice-présidente de la Délégation Spéciale de la Ville de Bangui;

Honorables Députées, membres du Forum des Femmes Parlementaires de Centrafrique, Respectées Collègues;

Chères Sœurs Femmes de Centrafrique venant des 4 coins de notre pays;

Distingués invités;

Mesdames et Messieurs.

Au nom du Forum des Femmes Parlementaires de Centrafrique que j’ai l’honneur de présider, je voudrais vous exprimer ma reconnaissance pour avoir accepté de prendre part à la Conférence-débat sur le thème «  Femme, Source de Paix et Pionnière du Processus électoral en République Centrafricaine ».

Cette reconnaissance va dans un premier temps à l’endroit du Président de l’Assemblée Nationale, l’Honorable Laurent NGON BABA qui a accepté l’organisation de cette Journée.

Ma reconnaissance va aussi à l’endroit de la Première Dame de Centrafrique, Madame Brigitte TOUADERA, qui, en dépit de son agenda très chargé a accepté de patronner et d’honorer de sa présence cette journée qui honore la femme Centrafricaine.

Ceci est une preuve supplémentaire de son engagement à œuvrer pour l’épanouissement et l’amélioration des conditions de vie de la femme centrafricaine et de l’intérêt qu’elle accorde à la question des Droits des Femmes.

J’exprime également ma  gratitude à l’endroit de l’Union Européenne à travers son Ambassadeur,  Madame Samuela ISOPI et l’Agence Belge de Développement pour leur appui technique et financier.

Je remercie et félicite les Femmes Parlementaires qui ont mobilisé leurs propres ressources à travers leurs cotisations dans le cadre de l’élaboration des documents du projet qui a abouti à cette manifestation d’aujourd’hui.

Madame la 1ère Dame de Centrafrique;

Distingués invités,

La Journée Internationale de la Femme Célébrée le 8 mars de chaque année, est l’occasion donnée à chaque Etat de valoriser la femme, de reconnaître  ses potentialités ainsi que ses Droits.

Depuis la création du Forum des Femmes Parlementaires de Centrafrique au début de la 6ème législature,  la célébration chaque année de la Journée Internationale des Femmes est l’occasion pour nous députées, de faire le point sur les lois votées et les ratifications des traités, conventions et accords en faveur des Femmes, les avancées dans leurs mises en œuvre  et surtout, de réfléchir sur les prochaines lois en faveur des Femmes  afin de préparer l’avenir et les opportunités qui attendent les futures générations de femmes centrafricaines.

  C’est ici l’occasion de reprendre le slogan de la nouvelle campagne d’ONU-Femmes: ” Génération -Égalité ” qui marque le 25ème anniversaire de la Déclaration et du Programme d’Action de Beijing adopté en 1995 qui reste la feuille de route la plus déterminante pour l’autonomisation de la femme dans le monde.

L’édition 2020 intervient dans un contexte particulier des préparatifs des élections groupés de 2020-2021 en Centrafrique. C’est à nous les  femmes de nous interroger sur comment faire pour  avancer la cause de la paix dans notre pays où la paix est régulièrement menacée par les multiples conflits dans nos régions.

En Centrafrique, les femmes représentent plus de la moitié de la population et sont aussi les principales victimes de ces conflits. Elles constituent cette majorité silencieuse des personnes déplacées internes et des réfugiés.

C’est pourquoi, elles doivent s’impliquer dans le processus électoral, d’abord avoir droits comme leurs enfants à l’enregistrement de la naissance,  s’inscrire sur la liste électorale pour devenir électrice et plus tard des candidates.   

Les Membres du Forum des Femmes Parlementaires estiment que pour ce processus électoral,  les Femmes ont besoin des alliés. Nos alliés sont les hommes. Grâce à eux, nous avons voté la loi sur la parité et nous arrivons dorénavant à  exiger la prise en compte de cette loi dans toutes les lois que nous votons.

Grâce à eux, nous avons élu 2 femmes sur les 4 postes de Vice-présidents de l’Assemblée Nationale lors du renouvellement du Bureau il y’a une semaine.

Comme a déclaré la Présidente du Parlement de Malawi, Catherine GOTANI, 1ère femme élue Présidente du Parlement au Malawi: ” Nous sommes 45 femmes sur 193 députés, mais les hommes ont été les champions lors de ma campagne…Nous avons besoin des hommes pour nous aider à faire avancer notre agenda”  a-t-elle ajouté.

Notre Célébration de la Journée Internationale des Femmes d’aujourd’hui est inclusive, car elle regroupe les Femmes venant de toutes les préfectures de la République Centrafricaine ainsi que celle de Bangui. Elles appartiennent à des milieux différents et à toutes les tendances politiques de notre pays, et elles issues de notre diversité ethnique et religieuse.

Chères sœurs de Centrafrique;

Distingués invités.

Ce 8 mars 2020 constitue une nouvelle opportunité de partage, devant permettre aux unes et aux autres de mieux cerner leur implication dans la consolidation de la paix et leur participation au processus électoral en cours.

Je reste et demeure convaincue que la femme centrafricaine qui a toujours œuvré à l’épanouissement de sa famille, est l’actrice idéale pour la réconciliation de notre peuple et elle également l’élément incontournable pour la réussite du Processus électoral, gage d’une paix durable en République Centrafricaine.

Je souhaite à toutes et à tous la bienvenue.

Je vous remercie ».