L’ASSEMBLEE NATIONALE INTEGRE LE RAMADAN ET LA TABASKI DANS LE DISPOSITIF DES FETES LEGALES EN CENTRAFRIQUE

,

La proposition de loi modifiant et complément les dispositions de la loi N°89.010 du 30 novembre 1989, fixant les fêtes légales en République Centrafricaine a été soumise ce mardi 17 décembre 2019 au débat au cours d’une séance publique présidée par l’honorable Laurent NGON-BABA, Président de l’Assemblée Nationale.

De l’examen de l’exposé des motifs,il ressort que cette proposition de loi initiée par le député Mathurin DIMBELET NAKOE, vise à modifier et à compléter les dispositions de loi citée ci-haut en prenant en compte de manière spécifique les fêtes de Ramadan et de la Tabaski.

Cette proposition de loipermet non seulement de traduire dans les faits l’une des recommandations du Forum National de Bangui organisé du 04 au 11 mai 2015 mais aussi de renforcer la cohésion sociale en prouvant véritablement le caractère laïc de l’Etat centrafricain qui ne privilégie aucune religion par rapport à une autre.

Le Ministre du travail, de l’emploi, de la Protection sociale et de la Formation professionnelle, Hugues Alain TCHEUMENI a été convié au débat. Tout a commencé par la lecture du rapport de la Commission Institutions, Démocratie, Judiciaire et Affaires Administratives faite par le député Dénis MODEMADE. Puis, à l’invitation du Président de séance,  l’initiateur de cette proposition de loi, Mathurin DIMBELET NAKOE et le Ministre  Hugues Alain TCHEUMENI sont montés à la tribune pour livrer leurs impressions et appeler les élus de la nation à voter favorablement ladite proposition de loi. Aucun groupe parlementaire n’a souhaité prendre la parole mais à titre individuel, quatre interventions ont été enregistrées à savoir celles des députés Benjamin KAIGAMA, Aurélien Simplice ZINGAS, André NALKE DOROGHO et de Jean Pierre MARA. Leurs préoccupations ont tourné autour de la date de célébration du Ramadan (Aïd-El-Fitr) et la tabaski (Aïd-El-Kébir) qui tiennent compte du calendrier lunaire, les fêtes déclarées fériées chômées et payées généralement à caractère historique notamment le 1er Décembre, le 13 Août et le 1er Mai ou encore les fêtes déclarées chômées et non payées.

Tous se sont réjouis de cette proposition de loi qui permet de contribuer à la recherche de la paix et ont salué la qualité du travail abattu par la Commission Institutions, Démocratie, Judiciaire et Affaires Administratives présidée par l’honorable Roland Achille BANGUE BETANGAI.

Finalement par acclamation nourrie et à l’unanimité, l’Assemblée Nationale a adopté la  proposition de loi modifiant et complétant les dispositions de la loi N°89.010 du 30 novembre 1989, fixant les fêtes légales en République Centrafricaine.

Après ce vote favorable, le Ministre TCHEUMENI a fait cette courte déclaration à la presse parlementaire : « Nous avons été invité ce jour par les élus de la nation afin de participer au débat sur la proposition de loi présentée par le député DIMBELET NAKOE portant modification et complétant les dispositions de la loi N°89.010 du 30 novembre 1989, fixant les fêtes légales en République Centrafricaine ».

 « C’est avec beaucoup de joie que nous avons participé au nom du Gouvernement et soutenu cette loi qui a été votée par acclamation », a ajouté l’orateur qui a conclu en ces termes : « Nous pensons que cela vient concrétiser un peu la volonté du Gouvernement d’aller vers la cohésion sociale tout en répondant à certaines préoccupations exprimées lors du Forum Nationale de Bangui de 2015 ».