L’ASSEMBLEE NATIONALE ADOPTE LE PROJET DE LOI AUTORISANT LA RATIFICATION DE L’ACCORD SUR LA ZONE DE LIBRE-ECHANGE CONTINENTALE AFRICAINE

, , ,

L’Assemblée Nationale en sa séance plénière du jeudi 19 mars 2020, dirigée par Jean Symphorien MAPENZI, Premier Vice-président avait à examiner le Projet de Loi Autorisant la Ratification de l’Accord sur la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine(ZLECAf).

Le Gouvernement a été représenté en cette circonstance par Monsieur MAHAMAT TAIB YACOUB, Ministre du Commerce et de l’Industrie accompagné de ses plus proches collaborateurs.

Le membre du gouvernement a expliqué que le contexte économique international reste de nos jours marqué par la remise en cause des négociations commerciales multilatérales. Les grandes puissances signent des mégas Accords commerciaux hors du cadre de l’Organisation Mondiale du Commerce(OMC).

Selon MAHAMAT TAIB YACOUB, la zone de libre-échange permet le renforcement de la compétitivité au niveau des industries et des entreprises africaines en exploitant les possibilités d’économie d’échelle, en réduisant les coûts, en développant les infrastructures commerciales en vue de surmonter la dépendance des produits primaires et de promouvoir la transformation sociale et économique pour une croissance inclusive et durable conformément à l’agenda 2063.

Après le rapport général des travaux de la Commission Mixte Affaires Etrangères-Economie, Finances et Plan lu par le député Arsène KONGBO, rapporteur de la dite Commission Mixte, l’ordre de passage a laissé entrevoir l’intervention du Groupe Parlementaire MCU suivie de quatre(04) autres à titre individuel. La création de ce marché commun, une fois le projet de loi ratifié par la RCA aura des conséquences d’autant que les recettes de l’Etat centrafricain sont essentiellement fiscalo-douanières et que le pays ne dispose pas des entreprises de transformation des produits bruts en produits finis, ont relevé certains députés. Pour d’autres, aucun pays ne peut se développer seul.

Les réponses du Ministre TAIB YACOUB qui a soutenu ce Projet de Loi, et celles apportées par l’honorable Emilie Béatrice EPAYE, Présidente de la Commission Mixte Affaires Etrangères-Economie, Finances et Plan ont satisfait l’ensemble des députés.

Au final, ledit projet de loi a été adopté par acclamation et à l’unanimité par les élus de la nation présents à l’hémicycle.

Satisfait, le Ministre du Commerce en témoigne : « Je voudrais d’abord,  féliciter les élus du peuple qui ont vraiment voté ce projet de loi que j’ai présenté au niveau du Parlement et je m’en réjoui. La zone de libre-échange c’est-à-dire la solidarité africaine oblige aujourd’hui la République Centrafricaine, membre de l’Organisation Mondiale du Commerce en même temps nous sommes partie intégrante de la zone CEMAC et aussi la CEEAC et nous sommes entrain d’agrandir  le champ de notre espace économique ».

Aussi, a-t-il ajouté : « C’est un projet continental, le Chef de l’Etat a déjà apposé sa signature avec ses paires et aujourd’hui, c’est ce qu’on a présenté pour que ce projet soit ratifié. C’est pourquoi, je remercie une fois encore les élus du peuple qui ont bien compris son importance ».

« Le rapport présenté par le rapporteur de la Commission Mixte ont montré que plusieurs institutions, plusieurs organisations, plusieurs entités, plusieurs structures ont été reçues à l’Assemblée Nationale et la plupart  des entités ont donné leur avis favorable parce que notre pays, la République Centrafricaine ne peut pas se démarquer des autres pays d’Afrique d’une manière générale et aussi quand il ya des défis nos experts ont travaillé sur certains questions pour relever ce défi », a noté le membre du Gouvernement avant de souligner: « Il faudrait que nous soyons optimiste, nous avons aujourd’hui beaucoup de potentialités, nous avons l’agriculture, nous avons les biens, nous avons beaucoup de choses que nous pouvons mettre en œuvre pour pouvoir faire des recettes. C’est vrai que la direction générale des Douanes a parlé de manque de presque de 10 à 14% de baisse des taxes fiscales et douanières, mais ceci sera compensé par d’autres mesures qui seront prises ».

Faisant d’une pierre deux coups, MonsieurTAIB YACOUB s’est prononcé sur la propagation du COVID 19 qui a contraint le Cameroun à fermer ses frontières tout en accordant une exception à la RCA : « Les mesures sont déjà prises pour qu’il n’y ait pas inflation, pour qu’il y ait pas spéculation. Il est vrai que le mardi 17 mars 2020, le Président du Cameroun, Son Excellence Paul BIA a pris des mesures qui ont fait peur surtout à nous Centrafricains mais ses mesures ont été levées parce que le Premier Ministre camerounais, à travers un communiqué signé par le Secrétaire Général du Service à la Primature a fait exemption de notre pays la République Centrafricaine et le Tchad ».

« Ces mesures ne nous concernent pas. Il ne faudrait pas que les gens profitent pour spéculer, pour faire des augmentations illicites. Il y a des services compétents en la matière qui sont sur le terrain pour les constats. Dès que nous constatons que des gens ne se mettent pas en règle, nous allons les réprimer »,, a martelé le Ministre du Commerce qui annoncé ce qui suit : «  La bonne nouvelle à nos compatriotes Centrafricains, c’est qu’il n’y a pas de crainte sur le plan sécuritaire. Le ministre de la sécurité le Premier Ministre se sont mobilisés afin de prendre toutes les mesures qu’il faut pour la santé de nos populations ».