Le Directeur général de la documentation, des nouvelles technologies et de la coopération de l’assemblée nationale

Rencontre avec David TOUBARO, Directeur général de la documentation, des nouvelles technologies et de la coopération de l’assemblée nationale et Serge Côme TOUBISSA, Chef de service de la coopération interparlementaire.” 


Rôle et fonctionnement de la Direction de la documentation, des nouvelles technologies et de la coopération de l’assemblée nationale

Les groupes d’amitiés viennent en complément de l’activité diplomatique du pays.
Avec la complexité des relations diplomatiques, comme partout ailleurs, la RCA s’est doté de groupes interparlementaires afin de promouvoir les relations billarales ou interparlementaires.

Dans son fonctionnement, chaque groupe est constitué d’un Bureau et de ses membres qui tiennent des réunions périodes concernant les renforcement de capacités de ces groupes à travers des voyages d’études, de séminaires, de conférences et d’ateliers sans oublier les visites techniques.


Organisation

Au début de chaque législature, la Direction Générale en charge de la documentation, des nouvelles technologies et de la coopération au sein de l’assemblée nationale propose une liste des pays avec lesquels elle estime que le Parlement Centrafricain peut avoir des relations interparlementaires.

Après la validation de ces différentes listes par le Bureau de l’assemblée nationale, cette Direction Générale présente un cadre d’inscription ouvert aux parlementaires qui s’inscrivent selon leur choix.

Il est important de notifier que contrairement aux Comissions permanentes de l’assemblée nationale, les parlementaires ont la possibilité de s’inscrire dans plusieurs listes selon leur convenance.

Après l’inscription, la mise en place des bureau de chaque groupe au cours d’une séance présidée par le 1er vice-président de l’assemblée nationale assisté de quelques membres du Bureau et du personnel relevant de la Direction Générale et de la Direction de la coopération.

Une fois les Bureaux mis en place, les listes de chaque Bureau, accompagnés de lettres de transmission, sont communiquées par mail aux différents Parlements concernés dans le monde.
Cette procédure actionne officiellement le partenariat interparlementaire.

Chaque bureau peut librement œuvrer dans le cadre de ce partenariat avec obligation de rendre compte de ses activités au Président de l’assemblée nationale qui à son tour en décidera de la publication et des actions à mener : voyages, séminaires, formations… 


Administration des groupes interparlementaires : rôle du secrétaire administratif 
Chaque groupe est géré par un secrétaire administratif qui en est le point focal.

Il est en charge de la sauvegarde de la mémoire de chaque groupe d’amitié.

Il mène une étude approfondie et collecte les informations sur les deux pays et les met à la disposition de chacun.
Ces informations sont d’ordre démographique, historique, géographique, culturel, politique, économique et sociologique.

Il prépare les documents de missions et accompagne les parlementaires dans leur déplacement afin de continuer le travail d’actualisation des données. 
Au retour de ces missions, le secrétaire administratif a le devoir de rédiger le compte-rendu de la mission qui sera remis au Président de l’assemblée nationale.

Impact diplomatique des groupes interparlementaires
Lors d’un incident diplomatique entre deux pays, les deux bureaux respectifs de ces pays coopèrent avec leur pouvoir exécutif dans le cadre des négociations en mettant à leur disposition toutes les données stratégiques collectés par le Secrétaire administratif du bureau.


Profils des personnes interviewées

Monsieur TOUBARO est doctorant. 
Il possède un Master en leadership et management organisationnel (Faculté de Théologie Évangélique de Bangui) et une maîtrise en sciences économiques (Université de Bangui).
Il est certifié de l’école d’administration publique de Paris (EAP- Paris) et en informatique à Newtech Institut (Bangui).
Il est également professeur en leadership et enseigne sur la résolution des conflits à la FATEB depuis 2015.

Expert en relations internationales et en gestion de systèmes d’information, de documentation et d’archivage, il parle le sangho, le français, l’anglais, l’arabe et à des notions de wolof et de russe.

Il travaille à l’assemblée nationale centrafricaine de le 15 mars 1999 et est également secrétaire administratif de la section centrafricaine de l’assemblée parlementaire de la Francophonie depuis 2003.

Il est officier l’ordre de la reconnaissance centrafricaine, chevalier dans l’ordre de la pleade du dialogue des cultures et de la Francophonie, médaillé de l’association internationale pour le développement.

toubarodavid@yahoo.fr
+236 75 29 09 72


Monsieur TOUBISSA fut directeur de protocole à l’assemblée nationale centrafricaine pendant 9 ans (21 juillet 2007 – 10 juin 2016).

Il est commandeur dans l’ordre de la reconnaissance centrafricaine.

serge_toubissa@yahoo.fr
+236 75 50 33 93