DÉBAT GÉNÉRAL SUIVI DU VOTE DE LA LOI DE FINANCES 2019

, , , , , , , , , , ,

Les Elus de la Nation ont examiné ce jeudi 22 novembre 2018 à l’Hémicycle de l’Assemblée Nationale, le Projet de la Loi de Finances pour l’exercice 2019, présenté par le Gouvernement et soutenu par le Ministre des Finances et du Budget, Monsieur Henri-Marie DONDRA.

A l’issue d’intenses travaux et de débats houleux dirigés personnellement par le Président de l’Assemblée Nationale (PAN), l’Honorable Laurent NGON-BABA, la présente Loi de Finances soumise au vote à bulletin secret, conformément à l’article 84 alinéa 1er de la Loi organique portant Règlement Intérieur de l’Assemblée Nationale, a été largement adoptée avec amendement par 122 voix pour et 1 voix contre.


Rappelons que la séance ouverte par le PAN Laurent NGON-BABA lui a donné l’opportunité de féliciter le Ministre DONDRA pour avoir déposé le Projet du Budget dans les délais requis.

Après les commentaires du Ministre DONDRA qui a précédé la lecture du Rapport général de la Commission Economie Finances et Plan faite par les Honorables Clément NDOMBE et Marcelin YOYO, respectivement Rapporteur général et Rapporteur adjoint, les Groupes parlementaires URCA, MOUNI, UNDP, RDC et MCU, en plus de 12 interventions individuelles, se sont succédés à la tribune pour exprimer un certain nombre de préoccupations et affirmer voter favorablement le présent Budget 2019, lesquelles préoccupations ont trouvé des réponses satisfaisantes de la part du membre du Gouvernement, Monsieur Henri-Marie DONDRA.

Dans son introductif, Monsieur Henri Marie DONDRA, Ministre des Finances et du Budget a indiqué que le budget de l’Etat constitue l’ensemble des moyens que l’Assemblée Nationale met à la disposition de l’Exécutif pour la mise en œuvre de son programme d’activités annuelles. Il constitue le principal instrument de mise en œuvre de la politique économique et sociale du Gouvernement.

Il ressort de l’exposé des motifs que, les principales orientations qui sous-tendent le Projet de Budget 2019 en ce qui concerne les priorités du Gouvernement s’articulent autour de quatre domaines :

  1. Le secteur de la gouvernance et de la sécurité ;
  2. Les secteurs dits sociaux notamment la santé, l’éducation, les affaires sociales touchant les ressources humaines et la formation du capital humain ;
  3. Le secteur de production avec, à la clé, l’agriculture et l’élevage ;
  4. Le secteur de soutien à la production.

S’agissant des chiffres caractéristiques du Budget 2019, il est à noter que les ressources totales sont estimées à 234.840.409.000 FCFA, dont les ressources propres qui se chiffrent à 139.941.631.000 FCFA. Ainsi, les recettes propres ventilées par régie se présentent comme suit :

  • Douanes : 57.920.153.000 FCFA
  • Impôts : 62.648.746.000 FCFA
  • Trésor : 19.372.732.000 FCFA

Quant aux dépenses totales du Budget 2019, elles s’établissent à 239.397.891.000 FCFA.


Prenant la parole, le Président de la Commission Economie, Finances et Plan, l’Honorable Martin ZIGUELE a indiqué que : « Les défis à relever dans le Budget 2019 sont énormes et variés ». Puis, il a ajouté que : « En face les ressources sont limitées à cause de l’insécurité » avant d’exhorter le Ministre DONDRA à déposer sur le Bureau de l’Assemblée Nationale, les Projets de Loi de Règlement 2016-2017.

Le Ministre des Finances et du Budget, Monsieur Henri-Marie DONDRA, interrogé par la Presse parlementaire et nationale a exprimé sa satisfaction en ces termes : « Sur 123 votants, nous avons pratiquement eu 122 oui contre 1 seul non; cela voudrait dire que le Budget a rempli toutes les attentes de nos Députés puisque dans ce Budget, vous remarquerez que nous avons réservé pratiquement 30% pour les dépenses sociales hormis tout ce qui concerne les charges personnelles et le fonctionnement, donc je suis très heureux qu’effectivement ce Budget que nous avons eu à faire voter est un Budget totalement social pour l’exercice 2019 ».