LES DEPUTES PROCCUPES SUR LES DROITS EN SANTE SEXUELLE ET DE REPRODUCTION DES JEUNES

,

Les membres du Forum des Femmes Parlementaires de Centrafrique, quelques députés issus de différentes Commissions, les députés juniors et les jeunes leaders se sont retrouvés au siège dudit Forum, le mardi 17 décembre 2019 dans une séance de discussions interactives en vue de mener un plaidoyer sur les droits en santé sexuelle et de reproduction des jeunes.

En RCA, la situation des droits en santé sexuelle et reproductive des jeunes représente un défi majeur pour les autorités sanitaires, les communautés locales et les différents acteurs qui interviennent pour apporter une réponse dans ce domaine.

Organisée par le Forum des Femmes Parlementaires de Centrafrique en partenariat avec CORDAID (Catholic Organisation for Relief and DeveloppmentAid), au travers du projet JS3 entendez Jeune Santé-Sexualité-Sécurité,  cette rencontre de partage d’informations et de plaidoyer visait à faire connaitre, à promouvoir et défendre lesdroits en santé sexuelle et de reproduction des jeunes. Il s’agissait également de sensibiliser les parlementaires sur l’importance desdroits en santé sexuelle et de reproduction des jeunes.

A l’ouverture de cette réunion d’une demi-journée, la députée Emilie Béatrice EPAYE, Présidente duForum des Femmes Parlementaires de Centrafrique(FFPCA)a prononcé son discours de circonstance en ces termes :

«    –  Honorables députées, membres du Forum des femmes parlementaires de

 Centrafrique ;

  • Honorables Députés, membres des commissions permanentes de l’Assemblée Nationale ;
  • Chers partenaires de Cordaid ;
  • Chers participants.

C’est pour moi un agréable devoir de prendre la parole à l’occasion de la journée consacrée au plaidoyer national sur les Droits à la santé sexuelle et de reproduction des jeunes en République Centrafricaine.

Je tiens tout d’abord à adresser toute ma reconnaissance à l’endroit des députés ici présents qui, malgré leurs multiples occupations ont accepté de venir prendre part à cette réunion combien importante pour nous élus de la nation, en tant que législateurs et parents. Ceci témoigne l’intérêt que nous manifestons tous pour nos jeunes qui sont des citoyens d’aujourd’hui et de demain : l’avenir de notre pays. La situation des droits en santé sexuelle et reproductive concerne la majorité de notre population qui sont des jeunes et représente un défi majeur pour la RCA  eu égard aux statistiques alarmantes qui doivent nous interpeller et qui nécessitent une prise de conscience au niveau national car c’est une question de Droit.

La situation s’est beaucoup aggravée depuis la période de conflit que traverse notre pays ou il y’a plusieurs violences sexuelles et des mariages forcés précoces dans les communautés. C’est pour cela que les jeunes doivent être sensibilisés, informés et avoir des connaissances sur leurs droits en santé sexuelle et reproductive.

Par ailleurs, j’exprime toute notre gratitude au Gouvernement Néerlandais à travers Cordaid ainsi qu’à ses partenaires PSI-Europe et SWISS THP qui viennent en appui à notre pays afin d’apporter des réponses dans le cadre de la mise en œuvre du programme Jeune S3 (Santé, Sexuelle, Sécurité).

Comme nous le savons tous, la question de la sexualité des jeunes dans notre pays reste et demeure un tabou. Donc, c’est ici l’occasion pour nous, chers collègues d’apprendre et de comprendre cette problématique afin de fédérer nos efforts avec nos partenaires pour briser ce tabou et rompre le silence sur tous ces droits bafoués et apporter des réponses en tant que législateurs.

Cette journée dont l’objectif principal est de connaitre, promouvoir et défendre les Droits en santé sexuelle et de reproduction des adolescents et des jeunes, nous permet de nous approprier des outils nécessaires afin de garantir un avenir meilleur pour nos jeunes en adoptant des textes et des Lois favorables à leur épanouissement.

Sur ce, je déclare ouverts les travaux de la journée de plaidoyer sur les Droits en Santé Sexuelle et de Reproduction des Jeunes avec les Parlementaires.

Je vous remercie ».

LES GROUPES PARLEMENTAIRES

, , ,

Ref : Article 18 à 21 du Règlement intérieur de l’Assemblée Nationale

Contexte de création
Les députés peuvent s’organiser en groupes par affinités politiques.
Les groupes sont constitués après remise au Bureau de l’Assemblée d’une liste de leurs membres signée par eux, indiquant les noms du Président du groupe et des membres du Bureau.

Organisation
Aucun député peut figurer sur la liste de plusieurs groupes.
Un groupe ne peut être reconnu comme administrativement constitué que s’il réunit au moins cinq (5) membres.
Les groupes qui n’atteignent pas cet effectif ainsi que les députés qui n’appartiennent à aucun groupe peuvent s’apparenter, se rattacher administrativement à un groupe de leur choix ou restés non inscrits.

Fonctionnement
Le service intérieur des groupes peut être assuré par un Secrétaire administratif dont le statut, le recrutement et le mode de rétribution dépendront exclusivement du groupe.

Les modifications à la composition d’un groupe sont portées à la connaissance du Président de l’Assemblée sous la signature du Député intéressé s’il s’agit d’une démission, sous la signature du Président du groupe, s’il s’agit d’une radiation et sous la double signature du Député et du Président du groupe, s’il s’agit d’une adhésion ou d’un apparentement. Elles sont publiées au Journal Officiel.

Après constitution des groupes, le Président de l’Assemblée réunit leurs représentants en vue de procéder à la division des salles de séance en autant de salles qu’il y a de groupe et de déterminer la place des députés non inscrits par rapport au groupe.

Est interdite au sein de l’Assemblée Nationale la constitution de groupes ayant pour objet la défense d’intérêts particuliers, locaux, professionnels, ethniques ou religieux ainsi que la formation des groupes exigeant de leurs membres l’acceptation d’un mandat impératif.
La violation des dispositions précitées entraîne de plein droit la suspension du Député concerné.

Interaction
Il peut être créé un intergroupe qui sert d’organe de liaison et de concertation entre groupes alliés.
Les Présidents des Groupes sont d’office membres de la conférence des Présidents.


Il existe 8 groupes parlementaires composés comme suit :

CŒURS-UNIS
Président : KOBA Stève
Nombre de députés membres : 28

LE CHEMIN DE L’ESPERANCE
Président : BONDJO Maxime
Nombre de députés membres : 19

UNION NATIONALE POUR LA DEMOCRATIE ET LE PROGRES (UNDP)
Président : YANGANA-YAHOTE Augustin
Nombre de députés membres : 14

UNION POUR LE RENOUVEAU CENTRAFRICAIN (URCA)
Président : DOLOGUELE Anicet-Georges
Nombre de députés membres : 13

MOUVEMENT DE LIBERATION DU PEUPLE CENTRAFRICAIN (MLPC)
Président : NOBONA Clément
Nombre de députés membres : 9

KWA NA KWA (KNK)
Président : FRANCK Pierre-Marie
Nombre de députés membres : 9

RASSEMBLEMENT DEMOCRATIQUE CENTRAFRICAIN
Président : NGBONDO René-Constant
Nombre de députés membres : 8

RASSEMBLEMENT POUR LA REPUBLIQUE (RPR)
Président : DALOU-WAMBOLI Martin
Nombre de députés membres : 6

MOUVEMENT NATIONAL DES INDEPENDANTS (MOUNI)
Président : DJEME Marien – Dieudonné
Nombre de députés membres : 6

PART AFRICAIN POUR UNE TRANSFORMATION RADICALE ET L’INTEGRATION DES ETATS (PATRIE)
Président : KAÏGAMA Benjamin
Nombre de députés membres : 5

TRAIT D’UNION
Président : SINGHA-BENGBA Aimé Serge
Nombre de députés membres : 5

45e SESSION DE L’ASSEMBLEE PARLEMENTAIRE PARITAIRE ACP/UE

, ,

La 45eme session de l’Assemblée Parlementaire Paritaire ACP/UE tenue du 21 au 24 Mars 2017 à Bruxelles en Belgique a connu la participation des délégués de l’Assemblée Nationale centrafricaine.

C’est l’Honorable Davy Victorien YAMA, Député qui a conduit la délégation centrafricaine composée de l’Honorable Anicet Georges DOLOGUELE, Député et de Monsieur Séverin VELE FAÏMINDI, Cadre de l’administration parlementaire.

Précisons que la RCA est membre de la Commission Politique de cette Assemblée.

On a noté que cette importante Commission a eu à débattre de neuf thèmes parmi lesquels les questions suivantes :
– L’avenir de la Cour Pénale Internationale après la sortie possible de certains Etats africains ;
– Les défis dans le domaine de l’interdépendance entre Développement et Sécurité dans la politique ACP/UE ;
– Le financement des partis politiques dans les pays ACP/UE ;
– La situation politique dans les pays ACP/UE et les Etats membres de l’UE…

L’Assemblée Nationale de la RCA, en cette sixième législature, ne ménage aucun effort dans le domaine de la diplomatie parlementaire. Sa participation à de telles assises, concoure au renforcement des capacités des Députés ainsi des cadres de l’administration parlementaire et leur permet également de partager les expériences avec les autres.