TÊTE- A-TÊTE ENTRE LE PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE ET L’AMBASSADRICE DE L’UNION EUROPEENNE SAMUELA ISOPI

, , ,

Le Président de l’Assemblée Nationale Laurent NGON-BABA a reçu ce jeudi, 16 janvier 2020 en tête-à-tête pendant plus d’une demi-heure, Madame Samuela ISOPI, Ambassadrice de l’Union Européenne en Centrafrique.

En visite de courtoisie pour présenter ses meilleurs vœux 2020 à son hôte, l’émissaire des 28 en a profité pour évoquer avec le N°1 de la Représentation Nationale, certains sujets liés à l’actualité aussi bien nationale qu’internationale et surtout les prochaines échéances électorales de 2020-2021.

Au sortir de l’audience, la diplomate européenne, Samuela ISOPI s’est confiée à la presse parlementaire : « Je tenais à présenter  personnellement mes vœux de bonheur, de paix au Président de l’Assemblée Nationale,  à travers lui à tous les députés de la nation ».

Aussi, a-t-elle poursuivi : « Bien évidemment,  ça été  l’occasion de passer ensembleen revue les échéances qui nous attendent cette année et  nous avons échangé en particulier sur le rôle que l’Assemblée Nationale devra jouer tout particulièrement dans l’adoption des certains textes qui sont déjà d’ailleurs à l’examen de l’Assemblée Nationale, les commissions de l’Assemblée, et des points importants pour la poursuite du processus ».

« J’avais confirmé au Président de l’Assemblée Nationale notre engagement à accompagner le processus électoral en vue des élections qui auront lieu déjà la fin de cette année », a fait savoir Madame ISOPI qui  ajoute : «  C’était aussi l’occasion  que nous voulons pour  échanger sur l’actualité de la Centrafrique. Comme pour la plus part des sujets que nous avons évoqués, nous nous sommes tombés d’accord ».

Par ailleurs, l’Ambassadrice a déclaré : «  Tous mes encouragements à l’Assemblée Nationale, aux députés pour le travail en cours d’examen de textes de lois dont nous attendons l’adoption dans les prochaines semaines ».

« Nous avons été les premiers depuis plusieurs mois en réalité à nous engager parce que nous sommes convaincus de la nécessité absolue de tenir ces élections, de consolider les acquis démocratiques,  de tenir les élections à temps et à l’heure,  de respecter la Constitution »,a-t-elle souligné avant de conclure : « Nous sommes engagés dès le début,   notre contribution sera bientôt matériellement disponible ».

L’ASSEMBLEE NATIONALE ET LA FAO POUR LA LUTTE CONTRE L’INSECURITE ALIMENTAIRE EN CENTRAFRIQUE

, , ,

L’honorable Laurent NGON-BABA, Président de l’Assemblée Nationale a reçu ce lundi 30 décembre 2019, en audience Madame Perpetua KATEPAKALALA, Représentante du Fonds des Nations-Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), qu’accompagnaient ses plus proches collaborateurs.

Cette rencontre du Chef du Parlement centrafricain matérialise ainsi les échanges fructueux qu’il  a eus avec les hautes personnalités de la FAO à Brazzaville au Congo, lors du sommet interparlementaire présidé par le Président Denis SASSOU NGUESSO autour du thème « Nutrition et Sécurité alimentaire ».

Selon madame KATEPAKALALA de la FAO, sa rencontre avec son hôte s’inscrit dans le cadre des discussions enclenchées depuis Brazzaville : « Cette réunion, c’était un suivi des réunions qu’on avait eues à Brazzaville. Le Président de l’Assemblée Nationale est allé à une réunion organisée par la FAO ».

« Pour la RCA, il est important de voir comment la FAO pouvait aider en plus les structures de l’Assemblée Nationale, à jouer leur rôle sur les aspects qui concernent la sécurité alimentaire et la nutrition dans un cadre normatif », avant d’ajouter :« Pendant cette réunion à Brazzaville, on a préparé une feuille de route et on a identifié certaines actions et aujourd’hui nous avons discuté comment on pouvait aller de l’avant, et comment on peut suivre ces actions pour mettre en œuvre ce qu’on a discuté à Brazzaville  pour améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition dans le pays », a-t-elle souligné avant de préciser que : « Ça, c’est un aspect de notre travail qui est très important mais il y a d’autres aspects qui concernent la formation des lois, les politiques, les stratégies qui est bien normatif ».

LA DECENTRALISATION EN POINT DE MIRE DE L’ASSEMBLEE NATIONALE, DE LA BANQUE MONDIALE ET DE LA MINUSCA

, ,

Le projet de Loi sur la décentralisation demeuré pendant devant le Bureau de l’Assemblée Nationale a été au centre d’un long entretien en la salle 208 de l’Institution le jeudi 19 décembre, entre une équipe de la  Représentation Nationale conduite par son Président l’honorable Laurent NGON-BABA avec à ses côtés le 1er Vice-président Jean Symphorien MAPENZI, entourés de quelques membres du Bureau, ceux du cabinet et de la Commission Lois, et le représentant résident de la Banque Mondiale Hans FRAETERS et le Directeur en charge des affaires politiques de la Mission Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation en République Centrafricaine (MINUSCA), Ray TORRIS.

Les deux parties ont passé au peigne fin les problèmes liés au code de collectivité et de la décentralisation dont le projet est sur latable de la Représentation Nationale depuis 2017, et le concours que peuvent apporter la Banque Mondiale et les Nations-Unies dans le processus.

Interrogé au terme de cette entrevue par la Presse Parlementaire, le 1er Vice-président de l’Assemblée Nationale, Jean Symphorien MAPENZI a déclaré:« Nous avions reçu sous l’autorité du Président de l’Assemblée Nationale une équipe de la Banque Mondiale et de la MINUSCA qui est venue dans le cadre de l’appui qu’ils vont apporter sur l’examen du projet de Loi portant code de collectivité et de la décentralisation. Il vous souviendra que ce projet de loi est sur la table de l’assemblée depuis 2017 et qu’aujourd’hui avec l’accord de Khartoum, ce projet de loi fait partie des piliers en ce sens qu’il va permettre au territoire, aux régions, la vie active à la gestion de la cité et donc, c’est un projet de loi d’une extrême nécessité, d’une extrême urgence et donc nous avons discuté de cela. Nous savons que les commissaires vont être délocalisés.  La ville de Boali a été choisie pour accueillir ces assises pour permettre la sérénité des travaux et donc la  Banque Mondiale va nous donner l’expert en matière de décentralisation. L’ambassade de France et la MINUSCA vont nous apporter un appui logistique, et c’est de cela que nous avons discuté et arrêté un calendrier pour les travaux ».

« Vous savez que c’est un projet de Loi qui renferme sept cents(700) articles. Cela nécessite beaucoup de précautions. Nous avons décidé que c’est une commission mixte qui va examiner ce projet de loi, c’est-à-dire la commission Loi à proprement dite et la commission Finance. C’est une commission mixte par ce que  vous savez, c’est une collectivité, et donc la rétrocession des recettes de gestion et pour tout ça, il faut cette commission. Nous allons aussi demander l’expertise des agents des finances, un spécialiste aux trésors, aux impôts ainsi que ceux de l’administration du territoire, ministère porteur de ce projet de loi et donc il y aura une retraite à Boali pendant plusieurs jours  pour faire ce travail mais ce qui est important de relever, c’est qu’il nous faut une vision politique. Quelle sorte de décentralisation nous voulons ? On ne se lève pas du jour au lendemain pour proclamer une décentralisation. Il faut franchir des étapes et des paliers dans une mise en œuvre  progressive, dans un travail technique couplé avec la vision politique », a précisé l’honorable 1er Vice-président MAPENZI qui conclut :« Une fois  que les commissaires qui vont se retirer à Boali auront fini le travail, la nouveauté sera le travail de la vulgarisation sur le terrain pour une appropriation par tous les Centrafricains pour que, une fois cette loi votée, sa mise en œuvre ne puisse pas poser problème ».

L’AMBASSADEUR DE LA CÔTE D’IVOIRE RECU PAR LE PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE

, , ,

Monsieur Manlan Narcisse AHOUNOU, Ambassadeur de Côte d’Ivoire au Cameroun et en Centrafrique avec résidence à Yaoundé en séjour diplomatique à Bangui qu’accompagnait le Colonel EBA KROU, attaché de défense près ladite Ambassade, a l’insigne honneur d’être reçu en audience ce lundi 16 décembre 2019 par le Président de l’Assemblée Nationale Laurent NGON-BABA.

En visite de courtoisie auprès de son hôte, l’Ambassadeur AHOUNOU en a profité pour lui présenter officiellement Monsieur Yvon PSIMHIS, nommé Consul de Côte d’Ivoire à Bangui.

Le diplomate ivoirien au sortir de cette entrevue a fait la déclaration suivante devant la presse parlementaire : « C’est dans le cadre de renforcement de cette grande amitié, je dirai cette grande fraternité entre nos deux pays.  Je savais que le Centrafrique et la Côte d’Ivoire entretiennent des relations très dynamiques et nous avons rendu visite au Président de l’Assemblée Nationale pour le saluer et lui dire que la Côte d’Ivoire est présente en Centrafrique ».

S’agissant du degré de la collaboration  entre la RCA et la Côte d’Ivoire Monsieur AHOUNOU a  déclaré : «  Vous le savez comme par le passé la Côte d’Ivoire et le Centrafrique sont des rares pays où on y rentre, on y vient sans visas et ce sont des relations qui ont été tissées jadis par le Président HOUPHOUET BOIGNY et le Président BOKASSA. Vous connaissez HOUPHOUET BOIGNY combien de fois il a aidé ce pays aujourd’hui le devancier tel que le Président OUATARA et le Président  Professeur TOUADERA échangent dans cette  ligne  pour renforcer cette amitié je dirai cette amitié fraternelle par des actes concrets ».

« Avec notre consul,  nous allons aussi faire en sorte que les corps diplomatiques soient d’avantage développés entre nos deux pays » a-t-il souligné avant de préciser que : «  Nous allons mettre en relation les hommes d’affaires ».

Il est à noter que l’audience s’est déroulée en présence du 3ème Vice-président de l’Assemblée Nationale Henri VIGNER MYLLA et des Messieurs Benjamin RENDEKOUZOU et Rémy YAKORO, respectivement Directeur de cabinet Adjoint et Conseiller en matière des finances.

RETOUR AU PAYS DU PRESIDENT LAURENT NGON-BABA APRES DEUX SOMMETS PARLEMENTAIRES AU BURUNDI ET AU QATAR

, , , , ,

Le Président de l’Assemblée Nationale, Laurent NGON-BABA a regagné Bangui dans la  matinée du 12 décembre après un périple parlementaire qui l’a conduit à la 10ème Session Ordinaire de l’Assemblée plénière du Forum des Parlements des pays membres de la Conférence Internationale sur la Région des Grands-Lacs à Bujumbura au Burundi, puis à la 7ème Conférence Mondiale des Parlementaires sur la lutte contre la Corruption à Doha au Qatar.

Invité par ses homologues des pays hôtes, le Président de l’Assemblée Nationale centrafricaine,  l’honorable Laurent NGON-BABA qui est parti de Bangui le mercredi 04 décembre, a d’abord pris part activement à la rencontre de la capitale Burundaise regroupant 12 pays dont la République Centrafricaine, et consacrée à la situation politique, sécuritaire et humanitaire dans les Etats membres de la CIRGL. A Bujumbura, Laurent NGON-BABA et ses pairs ont eu à passer en revue les efforts des gouvernements des Etats membres en proie à l’insécurité et aux conflits armés pour un règlement pacifique de leurs crises, et ont réfléchi sur la coopération pour la prévention des conflits dans la région des Grands Lacs en mettant un accent particulier sur le rôle des Parlements.

S’agissant de la 10ème Session parlementaire de la CIRGL à Bujumbura, le Président de la Représentation Nationale qui y a pris part activement aux travaux du 04 au 07 décembre a, dès sa descente d’avion à l’aéroport Bangui M’poko, déclaré:« Au Burundi il ya eu la 10ème Session du Forum des Parlements des pays membres de la Conférence  Internationale sur la Région des Grands Lacs. Cette Structure a été mise en place pour accompagner les chefs d’Etats  de la CIRGL dans la mise en œuvre de la définition des stratégies pour le développement de l’économie, de la société de l’espace communautaire des  Grands Lacs et surtout veiller à sauvegarder la paix, la justice et renforcer la démocratie. Chaque année la session parlementaire se réunit  dans un pays donné à cette occasion, nous avons échangé sur des intérêts communs  qui concernent notre espace  communautaire, notamment la question de sécurité ».

Parlant de ce que peut attendre la République Centrafricaine de ce forum, le Président NGON-BABA précise : « Une résolution a été prise pour appuyer le gouvernement centrafricain,  pour le retour définitif de la paix. Notons qu’une mission importante s’est rendue à Bangui le mois d’avril dernier pour s’informer sur la situation de notre pays et c’est à l’issue de cela que la résolution a été adoptée et puis, rassurer la population centrafricaine de l’engagement du Forum des  Parlements des pays membres de la Conférence Internationale sur la  Région des Grands Lacs en faveur de la population centrafricaine dans tout ce qui se fait ».

Les lampions de la 10èmeSession Ordinaire de l’Assemblée plénière du Forum des Parlements des pays membres de la CIRGL ont été éteintes le 07 décembre et le Président Laurent NGON-BABA a ensuite mis le cap sur Doha la capitale qatarienne où s’est ouverte le lundi 09 décembre 2019,la septième conférence mondiale des parlementaires contre la corruption, organisée par le Conseil de la Choura.

Le sujet étant d’une grande importance, des parlementaires venus de 106pays du monde ont répondu présents à ces assises, car la corruption est l’un des plus grands obstacles à la sécurité et au développement des nations et qui souvent, entrave l’adoption et l’exécution de certaines lois, d’où l’incontournable importance accordée à la présence massive de ces parlementaires qui ont approfondi les discussions sur la lutte anticorruption et échangé leurs expériences respectives à la recherche des solutions pour freiner ce fléau.

Le Président de l’Assemblée Nationale Centrafricaine, Laurent NGON-BABA qui revient de ce sommet parlementaire, s’est livré à la Presse Parlementaire en ces termes: « A Doha, il s’agit de la lutte contre la corruption. Les Nations Unis ont adopté une convention internationale qu’on appelle la convention internationale pour la lutte contre la corruption. D’ailleurs cette convention a été ratifiée par notre pays la République Centrafricaine, et depuis 2002 les parlementaires du monde se sont organisés pour mettre en place un espace commun qu’on appelle l’action mondiale des parlementaires pour la lutte contre la corruption. Ceci pour veiller en tant que parlementaires à ce que dans chaque Etat membre, que la corruption ne soit pas un vain mot, que des actions soient menées surtout par les parlementaires afin de combattre la corruption qui constitue un défi qui généralement est à la source de l’instabilité de nos Etats ».

« Je peux vous assurer tout simplement que c’est la première fois que le parlement centrafricain prend part à une telle réunion. C’est une occasion qui nous a été offerte pour expliquer à nos homologues, les actions  qui sont menées pour combattre la corruption dans notre pays. J’ai donné l’exemple, il y’a un mois du séminaire qui est organisé à l’intention de l’ensemble des élus de la nation centrafricaine sur la lutte contre la corruption et le leadership. Nous devrons nous engager, nous tous pour combattre ce phénomène qui est un mal pour notre société. Nous avons échangé et ça a permis à la République Centrafricaine d’être présente à une telle rencontre et de bénéficier des bonnes pratiques des autres parlements pour permettre à ce que le Parlement Centrafricain renforce sa capacité en vue de faire face à ce défi », a souligné L’honorable Laurent NGON-BABA.

L’Organisation Mondiale des parlementaires contre la corruption a été créée au Canada en 2002 et comprend environ 1 200 parlementaires et chefs des parlements de 106 pays. Elle compte 63 sections dans le monde.

AUDIENCE ACCORDEE PAR LE 1er VICE-PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE AU DIRECTEUR D’AFRIQUE ET DE L’OCEAN INDIEN DU QUAI D’ORSAY

, ,

Le 1er Vice-président de l’Assemblée Nationale, l’honorable Jean Symphorien MAPENZI, entouré de  quelques membres du Bureau et du Cabinet, a reçu ce 27 novembre en audience au salon d’honneur de son Institution, le Directeur d’Afrique et de l’Océan Indien au Quai d’Orsay monsieur Rémi MARECHAUX, qu’accompagnait le sous-directeur d’Afrique Centrale monsieur Hotman EL KACHTOUL, tous deux en visite de travail du 25 au 28 novembre à Bangui.

L’accord de paix et de réconciliation nationale signé le 6 février dernier entre le Gouvernement et les groupes armés, et les prochaines échéances électorales ont été les sujets portés au menu des échanges entre les deux parties.

Interrogé par la Presse Parlementaire à sa sortie de cette audience, le Directeur d’Afrique et de l’Océan Indien Rémi MARECHAUX, souligne l’action de la France en Centrafrique à travers un nouveau cadre d’échanges entre les deux pays tout en mettant en exergue, le rôle que devrait jouer les partenaires de la République Centrafricaine au seuil des nouvelles échéances et face aux accords de paix, ainsi que celui réservé au législateur: « Il a été question de deux choses : informer la Représentation Nationale de l’action de la France en république centrafricaine comme j’ai l’occasion de le faire avec le chef de l’état ce matin, mais surtout discuter du rôle que l’assemblée  nationale joue et va jouer à l’avenir sur  la mise en œuvre de l’accord du 6 février en ce qui concerne la décentralisation, notamment  ce qui concerne la préparation des élections.Le Premier Vice-président entouré des membres du Bureau a bien voulu partagé avec nous les priorités de l’Assemblée Nationale et la contribution du législateur à la mise en œuvre de l’accord de paix. Donc comme je l’ai dit au président de la république, nous sommes assurés au niveau des Nations Unies que le nouveau mandat de la MUNUSCA qui vient d’être adopté a comporté un appui de la MUNUSCA au processus électoral ».

« Par ailleurs avec nos partenaires de l’Union Européenne, nous apporterons une contribution financière au budget des élections donc on fait notre part.Le reste c’est aux autorités, aux acteurs centrafricains de le faire. Le législateur  a notamment sa responsabilité », a conclu monsieur MARECHAUX.

Le Président de l’Assemblée Nationale en déplacement à Brazzaville

, , , ,

Le Président de l’Assemblée Nationale, Laurent NGON-BABA après un agenda particulièrement chargé la semaine dernière, s’est envolé ce lundi 18 novembre à destination de Brazzaville la capitale congolaise, où il prend actuellement part au Forum des Parlementaires de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Placé sous le thème « Une vision commune pour une alimentation et une nutrition améliorées à travers une agriculture durable », le forum de Brazzaville est organisé sous le patronage du président de la République du Congo, Denis SassouNGuesso, avec le concours des Agences du Système des Nations Unies notamment la FAO, l’UNICEF, l’OMS et le PAM.
D’après le rapport SOFI (State Of Food Insecurity) publié par la FAO, l’UNICEF, le PAM, l’OMS et le FIDA, plus de 820 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde parmi lesquels plus de 250 millions se trouvent en Afrique subsaharienne dont 42.7 millions en Afrique Centrale, soit 26 % de la population de la région.
Cinq (5) sous-thèmes gravitent tout autour du thème centrale à savoir : le droit à une alimentation et une nutrition suffisante, sûre et saine ; le législateur face à la problématique de la lutte contre la malnutrition; le rôle du parlementaire dans l’investissement et le financement pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle; le parlementaire et la gouvernance en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle et les alliances parlementaires comme outils de mobilisation et de communication inter-acteurs.
Aux côtés de ses pairs de la CEEAC, le N°1 du parlement Centrafricain Laurent NGON-BABA prend actuellement part activement aux travaux de ce Forum Brazzavillois qui se sont ouverts ce 19 novembre pour s’achever le 22 novembre 2019.

DES ECHANGES PRELIMINAIRES ENTRE LE FMI ET L’ASSEMBLEE NATIONALE SUR UN NOUVEAU PROGRAMME AVEC LA RCA

, , , ,

  Une séance de travail placée sous la houlette de l’honorable Laurent NGON-BABA, Président de l’Assemblée Nationale a regroupé autour de la table ce mercredi 06 novembre 2019 en la salle 208 de l’institution, les membres du bureau, ceux du cabinet, cadres de l’administration parlementaire et une délégation du Fonds Monétaire International(FMI), en mission de quelques jours en Centrafrique.

Conduite par Monsieur Edouard MARTIN, l’ordre du jour de cette réunion de travail a porté sur les discussions préliminaires engagées par le FMI avec la partie centrafricaine dans l’optique d’aboutir à la conclusion d’un nouveau programme de réformes économiques et structurelles du pays pour les trois(03)prochaines années.

Edouard MARTIN, chef de mission du Fonds Monétaire International pour la RCA a fait la déclaration suivante à l’issue de ces échanges : « Nous sommes ici dans le cadre de la mission pour discuter du programme de réformes économiques et structurelles du pays pour les trois années à venir qui pourrait être appuyé par un nouvel accord dans le cadre de la facilité élargie de crédit(FEC) ».

 « Nous avions un programme qui avait été signé en 2016 qui a expiré au mois de juillet dernier. Par conséquent, nous essayons de voir ce que nous pourrions avoir. Nous sommes venus échanger avec les membres de l’Assemblée Nationale pour discuter de développement récent des besoins qui pourraient être mis en œuvre à la fin de ce programme », a poursuivi le chef de mission Edouard MARTIN qui ajoute : « …c’est une politique budgétaire saine qui soit avec une hausse de recettes qui permet vraiment de financer de dépenses de façon viable toutes les dépenses prioritaires, les dépenses humanitaires, les dépenses sociales, les dépenses d’infrastructures sécuritaires » .

 « Nous discutons aussi des réformes structurelles, pour de nouveau cadre légal pour les entreprises publiques, pour les limitations des dommages intérêts, pour les licenciements abusifs, on aimerait voir aussi des progrès en terme de gouvernance », a précisé l’argentier du FMI.

Ce nouveau cadre de discussions intervient à un moment où le FMI et la RCA viennent de boucler la 6ème et dernière revue au titre de la Facilité Elargie de Crédit.

LE NOUVEL AMBASSADEUR DE LA GUINEE-EQUATORIALE PRESENTE SES CIVILITES AU PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE

, , , , , ,

Le Président de l’Assemblée Nationale Laurent NGON-BABA a accordé ce jour, mardi 05 novembre 2019, une audience à Monsieur Narciso EDU NSUE, nouvel Ambassadeur de la Guinée-Equatoriale accrédité auprès de la République Centrafricaine.

Accompagné du 2ème Secrétaire, Monsieur Faustino ESONO OBIANG, le diplomate Equato-Guinéen qui effectuait ainsi sa toute première visite de courtoisie auprès du Président de l’Assemblée Nationale  était venu lui présenter comme l’exige la tradition diplomatique ses civilités et amabilités et, ensemble les deux personnalités ont exalté l’excellence des relations d’amitié et de coopération tout azimut entre Bangui et Malabo.

Au sortir de l’audience, le 2ème Vice-président de l’Assemblée Nationale, Mathurin DIMBELET NAKOE s’est confié à la presse parlementaire en ces termes « C’est la première fois qu’il arrive à l’Assemblée Nationale. Vous savez qu’il est de coutume que lorsqu’un nouvel Ambassadeur arrive dans son pays d’accréditation, il rencontre toutes les autorités notamment le Ministre des affaires Etrangères, le Président de la République chef de l’Etat, le Président de l’Assemblée Nationale ensuite le Premier Ministre et vers la fin les  membres du Gouvernements. Je pense que c’est ce rituel-là, qu’il a respecté, en venant  aujourd’hui rencontrer le Président de l’Assemblée Nationale qui a bien voulu me demander de l’assister ».

 « J’ai été très enchanté parce que Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur de Guinée-Equatoriale nous a fait savoir que lorsque son pays avait demandé à rentrer dans la CEMAC notre pays avait vraiment favorisé leur entrée dans cette organisation sous régionale et ils en sont reconnaissants vis à vis du peuple centrafricain et vis à vis du Gouvernement et étant dans la CEMAC, organisation sous régionale avec la République Centrafricaine », a poursuivi l’orateur.

«  Il garde ce grand souvenir là et ils sont très fiers d’appartenir à cette grande organisation sous régionale et ils continuent toujours de considérer que la RCA  est un pays frère de la Guinée Équatoriale et que le peuple Centrafricain  est donc un peuple frère », a fait savoir le 2ème Vice-président Mathurin DIMBELET NAKOE qui précise que : « Monsieur EDU NSUE est très content d’être affecté à Bangui comme Ambassadeur. Selon ce dernier, sans doute sa mission sera accomplie dans de très bonnes conditions étant donné qu’il est dans un Etat frère ».

 

LES ETATS-UNIS DISPOSES A APPUYER L’ASSEMBLEE NATIONALE POUR LEGIFERER EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA TRAITE DES ÊTRES HUMAINS

, , ,

Le Président de l’Assemblée Nationale Laurent NGON-BABA a reçu en audience ce jeudi après-midi 20 octobre 2019, Monsieur Benjamin  P. WISELOGLE, responsable du Bureau de surveillance et de lutte contre la traite des personnes au Département d’Etat Américain en séjour de travail  du 07 au 11 du mois encours qu’accompagnait Madame Lucy TAMLYN, Ambassadrice des USA en poste à Bangui.

Apporter l’appui des Etats-Unis pour la lutte contre des traitements dégradants et humiliants en Centrafrique et solliciter l’Assemblée Nationale à légiférer dans ce domaine ont été au centre des échanges entre les deux parties comme l’a indiqué la diplomate américaine Lucy TAMLYN : « Nous venons d’être reçus par le Président de l’Assemblée Nationale,nous sommes venus avec un représentant du Département d’Etat, c’est lui l’expert en matière de la lutte contre la traite des êtres humains et nous avons échangé par rapport à ce sujet avec le Président et toute son équipe, les hauts dirigeants de l’Assemblée ».

« On a évoqué l’aspect global de ce fléau mais aussi les aspects particuliers ici en République Centrafricaine. D’abord il ya la question de l’enrôlement des enfants par les groupes armés, l’exploitation sexuelle des enfants et le travail forcé », a poursuivi Madame TAMLYN qui a précisé que : «  Ce que je retiens de notre audience avec le Président de l’Assemblée Nationale, c’est sa volonté ferme de lutter contre ce fléau ».

 Aussi, a-t-elle ajouté : « Je lui ai assuré que le Gouvernement et les institutions de la République Centrafricaine ne sont pas seuls dans cette campagne mais, quenous sommes ensemble », avant de conclure : Les Etats Unis vont accompagner le Gouvernement et l’aider à lutter contre ce fléau sous toutes ses formes ».

Ont pris part aux côtés du Président de l’Assemblée Nationale à cette audience, le Premier vice-président, Jean Symphorien MAPENZI, le 2ème Vice-président, Mathurin DIMBELET NAKOE, l’honorable Emilie Béatrice EPAYE, Présidente de la Commission « Affaires Etrangères » ainsi que quelques membres du Cabinet.

LES MEMBRES DU COMITE DES SANCTIONS DE L’ONU EN VISITE DE TRAVAIL A L’ASSEMBLEE NATIONALE

, , , , , , ,

C’est ce mercredi 02 octobre 2019 en la salle 208 de l’Assemblée Nationale que le numéro 1 de l’institution parlementaire, l’Honorable Laurent NGON-BABA a pris langue pendant près de trois quarts d’heure avec les membres du Comité des Sanctions des Nations-Unies en séjour du 1er au 04 du mois en cours en terre centrafricaine.

Sous la conduite de l’Ambassadeur Léon HOUADJA KACOU ADOM, Président dudit Comité, l’objectif de cette mission à lui confiée est de recueillir  des informations de première main sur l’application effective des sanctions imposées par les Résolutions du Conseil de Sécurité des Nations-Unies, principalement l’embargo sur les armes à destination de la République Centrafricaine.

Au sortir de cette séance de travail, l’émissaire de l’ONU, Monsieur HOUADJA KACOU ADOM peu prolixe, a eu à faire la déclaration suivante devant la presse parlementaire : « Cette visite a pour objet de rencontrer les autorités centrafricaines, pour voir ensemble avec elles comment nous mutualisons nos efforts et en fusionnant nos énergies, nous pouvons aller de l’avant, sur la voie de sortie de crise ».

Aussi, l’hôte du Président de l’Assemblée Nationale a ajouté : « Nous avons eu des informations, des conseils du Président Laurent NGON-BABA et nous avons pris le pouls de la volonté des Centrafricains de sortir de la situation difficile dans laquelle le pays se trouve puisse que, qui mieux que les représentants du peuple pouvait nous faire sentir justement le pouls de la population centrafricaine ».

« Nous retournons à New-York, nous en tenions compte, nous avons une revue des sanctions au 31 décembre, après le Rapport du Secrétaire Général des Nations-Unies, après le Rapport des autorités centrafricaines et après celui évidemment du patron de la Minusca, nous évaluerons tout ça et nous avons bon espoir que nous avançons dans la bonne direction, vers la levée totale des sanctions frappant ce pays frère qu’est la République Centrafricaine » a-t-il martelé.

Il est à noter que l’embargo sur les armes en direction des autorités centrafricaines a été imposé au lendemain de la prise de pouvoir la coalition ex-séléka le 24 mars 2013 par le biais de la Résolution 2127. Plusieurs autres Résolutions ont été imposées par le Conseil de Sécurité et prorogées depuis le mois de février jusqu’au 31 Janvier 2020 en dépit de quelques assouplissements notamment celui intervenu le 12 septembre dernier à savoir la Résolution 2488.

LE PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE LAURENT NGON-BABA, AU CHEVET DE LA POPULATION DE LA NANA-MAMBERE

, , ,

Du 21 au 28 septembre 2019, le Président de l’Assemblée Nationale, Laurent NGON-BABA a effectué une mission parlementaire dans la Préfecture de la Nana-Mambéré.

 Cette mission  lui a permis de présider aux côtés du Ministre de la Santé et de la Population, Docteur Pierre SOMSE le dimanche 22, la cérémonie de remise officielle d’une ambulance à l’hôpital du district de Baboua-Aba. Ceci, au travers du projet d’assistance sanitaire d’urgence en RCA financé par le Gouvernement japonais.

La cérémonie a eu lieu à la maison des jeunes de Baboua en présence des autorités politico-administratives et militaires. Nombreuses ont été les populations autochtones  venues immortaliser l’événement car, au grand jamais, ce centre de formation  n’ait été doté d’ambulance.

Faisant d’une pierre deux coups, le député de la circonscription de Baboua 1 en a profité pour remettre aux autorités municipales et notables des cinq communes quelques exemplaires du Code Electoral, de l’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation en Centrafrique ou encore la Constitution du 30 mars 2016 en vue de leur appropriation par la population.

Ce déplacement a  ensuite offert l’opportunité au Président de l’Assemblée Nationale de rendre visite au jardin d’enfants de Baboua qui héberge les enfants des communautés chrétienne et musulmane, symbole de cohésion sociale et du vivre-ensemble, le secteur scolaire où il a remis des fournitures aux 19 directeurs d’écoles. Au lycée de Baboua, l’honorable NGON-BABA a remis quatre ordinateurs de bureau en sus des accessoires, une imprimante et un mini groupe électrogène dans l’optique de préparer les élèves des classes de Terminale, à se familiariser aux outils informatiques. Puis, celui-ci a été sur le site de Zalingo situé à trois kilomètres de la ville, lequel site abrite plus de cinq cent retournés peulhs, venus du Cameroun.  Ces derniers qui habitent dans des abris de fortune et ayant perdu tout leur cheptel tentent de se refaire une vie.

Il est à noter qu’outre la ville de Baboua centre, Laurent NGON-BABA et toute la délégation qui l’a accompagné a pris la direction de la Commune de Cantonnier qui fait frontière avec la ville camerounaise de Garoua-Boulai, en traversant et en s’arrêtant au niveau de plusieurs  villages tels que : Ndiba, Zoukombo, Foro, croisement Koundé et Béloko où l’accueil a été chaleureux. A Cantonnier, le Président de l’Assemblée Nationale, Député de la 1ère circonscription de Baboua tenu un grand meeting qui a drainé toutes les couches sociales. Ainsi, au nom de ses administrés, le maire de la commune a souligné les questions sécuritaires sur le corridor Bangui-Béloko-Garoua-Boulai, le chômage des jeunes et la problématique de l’électrification de ladite commune alors que de l’autre côté du Cameroun, il y a de l’électricité 24 heures sur 24 heures.

Sur le chemin de retour, la deuxième personnalité du pays, l’honorable Laurent NGON-BABA, a remis le vendredi 27 septembre 2019 les mêmes équipements informatiques au Lycée Moderne de Bouar là où il avait fréquenté de la 6ème en Terminale, dernière étape avant ses études universitaires, avant de tenir dans l’après-midi à la mairie de Bouar, une réunion regroupant les notables. Réunion qui lui a donné l’occasion d’évoquer avec ses interlocuteurs sa vision de la Nana-Mambéré, son développement, le système scolaire, l’éducation des filles avec en toile de fond la loi sur la parité et surtout la rentrée académique 2019-2020 qui semble être timide dans la localité.

Des audiences accordées à différentes couches de la population ont également jalonné le parcours du député de Baboua 1, Laurent NGON-BABA.

L’OIF SOLLICITE L’ASSEMBLEE NATIONALE POUR LA PRISE EN COMPTE DE LA CNDHLF DANS LE BUDGET 2020

, , ,

Le Président de l’Assemblée Nationale, Laurent NGON-BABA s’est entretenu ce vendredi 13 septembre 2019 avec Monsieur Michel FORST, Rapporteur Spécial des Nations-Unies sur les Défenseurs des Droits de l’Homme qu’accompagnait, Madame Delphine COUVEINHES MATSUMOTO, Spécialiste de programme « Promotion et Protection des Droits de l’Homme » de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), en séjour de travail en terre centrafricaine.

L’émissaire onusien Michel FORST entend, à travers cette visite auprès du Numéro 1 du Parlement centrafricain évoquer avec lui la situation des Droits de l’Homme de manière beaucoup plus large et plaider en faveur de la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés Fondamentales dépourvue de moyens conséquents pour qu’ au prochain examen et adoption de la Loi de Finances 2020, qu’elle soit prise en compte au même titre que les autres institutions de la République.

Au sortir de cette entrevue avec le Président NGON-BABA, le Rapporteur Spécial des Nations-Unies sur les Défenseurs des Droits de l’Homme, Monsieur FORST s’est exprimé devant la presse parlementaire en ces termes : « Cette visite se situe dans le cadre d’un appui apporté par l’Organisation Internationale de la Francophonie (IOF), au renforcement des institutions de la République. Nous sommes venus travailler avec les partenaires techniques et financiers et avec le Gouvernement au renforcement des capacités de la Commission Nationale des Droits de l’Hommes et des Libertés Fondamentales. Depuis que nous avons commencé ces entretiens à la fois avec la société civile mais aussi le Gouvernement et maintenant le Parlement, on sent une vraie volonté politique de la part des partenaires d’avancer plus loin et construire les institutions dont l’Etat a besoin pour assurer pleinement la mise en œuvre de l’Accord de paix ».

Aussi, a-t-il ajouté : « Pour la Francophonie comme pour les Nations-Unies, une institution nationale des Droits de l’Homme comme la CNDHLF est un élément clé de la restauration de l’Etat de droit et nous avons expliqué d’abord à la Commission Nationale comment elle pouvait mieux exister dans le paysage politique en menant des missions d’investigation, de recherche, de publication sur les droits fondamentaux dans le pays, et comment l’Etat pouvait progressivement renforcer par des moyens techniques, financiers la place  qu’elle joue dans le paysage politique. Ce qui est important, c’est que l’Etat reconnaisse la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés Fondamentales comme une institution de l’Etat au même titre que les autres institutions de la République Centrafricaine et dote la CNDHLF des moyens lui permettant d’assurer pleinement sa mission ».

« Nous repartons aujourd’hui de Bangui rassurés et confiants par les engagements qu’ont pris à la fois, le Chef du Gouvernement mais également le Président de l’Assemblée Nationale », a souligné monsieur Michel FORST.

LE REDHAC PLAIDE POUR L’ADOPTION PAR L’ASSEMBLEE NATIONALE DE LA LOI PORTANT PROMOTION ET PROTECTION DES DEFENSEURS DES DROITS HUMAINS EN CENTRAFRIQUE

, ,

Le Président de l’Assemblée Nationale, Laurent NGON-BABA a reçu en audience ce mercredi 11 septembre 2019, une délégation des membres du Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale(REDHAC), conduite par le Professeur Rémy NGOY LUMBU, Rapporteur Spécial sur les Défenseurs des Droits de l’Homme et Point Focal sur les représailles à la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples en séjour de travail en République Centrafricaine.

Cette visite auprès du numéro 1 de la Représentation Nationale Centrafricaine visait à mener ensemble avec lui, une réflexion dans une approche holistique afin de pouvoir doter les Défenseurs des Droits de l’Homme d’un texte de loi efficace assurant leur protection. Autrement dit, il s’agissait pour le Professeur NGOY LUMBU de plaider pour que l’Assemblée Nationale puisse adopter la loi portant ‘’Promotion et Protection des Défenseurs des Droits Humains en République Centrafricaine comme il l’a confirmé au micro de la presse parlementaire : « Je suis venu voir l’autorité parlementaire, la deuxième personnalité de la République Centrafricaine parce que je suis venu dans une mission de plaidoyer pour pouvoir demander au Parlement de devoir au cours de ces prochaines sessions, à la discrétion du Président de l’Assemblée Nationale pour voir dans quelle mesure le Parlement pourrait examiner, soit une proposition de loi si jamais les députés adoptent le texte que nous allons emmener,  soit le texte passe par le Gouvernement sur la protection des défenseurs des droits humains ».

 « La République Centrafricaine est Etat-Partie à la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples et c’est dans ce cadre-là que l’Union Africaine, ensemble avec l’Organisation des Nations Unies sont en train de chercher à créer un cadre légal partout en Afrique. Un cadre légal qui protège les Défenseurs des Droits de l’Homme dans leur propre pays pour les activités qui sont les leurs, lorsqu’ils travaillent dans leur propre pays », a ajouté monsieur NGOY LUMBU.

« En Afrique jusqu’alors, trois pays ont adopté ces lois. Ces pays sont la Côte d’Ivoire, le Burkina-Faso et le Mali en Afrique de l’Ouest et nous commençons des plaidoyers en Afrique Centrale », a indiqué Monsieur NGOY LUMBU qui précise: « Le premier pays est la République Centrafricaine et c’est la raison pour laquelle le texte est préparé et rédigé par les Défenseurs des Droits de l’Homme eux-mêmes et validé par eux. Il était de mon  devoir en tant que Rapporteur Spécial sur les Défenseurs des Droits de l’Homme de venir remettre ce texte officiellement à l’autorité parlementaire et le lui en faire part ».

«  Nous avons eu des messages assez sympathiques et positifs de sa part tout en indiquant toutes les voies et moyens que nous pouvons mobiliser pour que ce texte soit rapidement examiné par l’Assemblée Nationale, ce qui fera de la RCA un pays ami des défenseurs des droits de l’homme et premier pays en Afrique Centrale si jamais le texte était adopté d’ici aux prochaines sessions de l’Assemblée parlementaire », a-t-il conclu.

Il est à noter que l’audience s’est déroulée au Salon d’honneur de l’Assemblée Nationale en présence des honorables Jean Symphorien MAPENZI et Henri VIGNER MYLLA, respectivement 1er et 2ème Vice-présidents ainsi que des membres du Cabinet.

Y ont également pris part aux cotés du Professeur Rémy NGOY LUMBU, Madame Maximilienne NGO MBE, Directrice Exécutive de REDHAC, Maitre Bruno Hyacinthe GBIEGBA, Conseiller juridique  pour ne citer que ces personnalités.

L’ACTUALITE CENTRAFRICAINE AU MENU DES ECHANGES ENTRE LE PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE ET L’AMBASSADRICE DE L’UNION EUROPEENNE

, ,

Le Président de l’Assemblée Nationale, Laurent NGON-BABA a reçu en audience ce mardi 27 août 2019, Madame Samuela ISOPI, Ambassadrice de l’Union Européenne accréditée auprès de la République Centrafricaine.

Dans le cadre des échanges réguliers entre l’UE et les institutions républicaines du pays, Madame ISOPI a affirmé évoquer avec son hôte  des questions ayant trait à l’actualité centrafricaine : « C’était notre premier entretien de la rentrée et nous avons pu faire le point sur l’actualité en particulier l’actualité qui concerne l’Assemblée Nationale en vue de l’ouverture de la session parlementaire d’octobre. Nous avons également fait le point sur l’engagement de l’Union Européenne et j’ai informé le Président de l’Assemblée Nationale et ses plus proches collaborateurs des derniers développements internes en termes d’engagements et d’appuis que l’UE prévoit apporter à la République Centrafricaine ».

« Nous avons échangé sur certains sujets tels que la mise en œuvre de l’Accord de paix, le processus électoral, la situation sécuritaire et l’engagement du Gouvernement et de l’Union Européenne dans ce domaine » , a ajouté la diplomate de l’Union Européenne.

Ont pris part à cette audience aux côtés du Président de l’Assemblée Nationale, le 2ème Vice-président de l’institution, le député Mathurin DIMBELET NAKOE, Monsieur Modibo Bachir WALIDOU, Directeur de Cabinet, le Conseiller Diplomatique, Monsieur Dieudonné KOMBO-YAYA ainsi que le Conseiller en charge des questions économiques et financières, Monsieur Rémy YAKORO.

VISITE DE COURTOISIE DU NOUVEAU REPRESENTANT RESIDENT DE LA BANQUE MONDIALE AU PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE

, ,

Depuis sa prise de fonction officielle en Centrafrique courant ce mois août 2019, c’est ce lundi 26 que Monsieur Han FRAETERS, nouveau Représentant Résident du Groupe de la Banque Mondiale a effectué dans la matinée une visite de courtoisie auprès du Président de l’Assemblée Nationale, Laurent NGON-BABA.

Venu présenter ses civilités et amabilités, Monsieur FRAETERS a saisi l’opportunité qui lui a été offerte pour saluer le rôle important que joue l’Assemblée Nationale dans le processus du retour de la paix comme il le confirme devant la presse parlementaire : « Nous avons eu une réunion pour se connaitre, une réunion cordiale au cours de laquelle, nous avons parlé du rôle crucial et central que joue l’Assemblée Nationale dans la normalisation de ce pays et surtout que la Banque Mondiale est là pour le besoin d’appuyer la République Centrafricaine. Elle est un partenaire pour renforcer les capacités de l’Assemblée Nationale de jouer ce rôle central dans le processus de paix ».

 « Au niveau de l’Assemblée Nationale, nous avons déjà fait des formations et avec le Président de l’Assemblée Nationale, on a parlé de ce que nous pourrions faire dans le futur. Dans le passé, nous avons appuyé l’Assemblée Nationale dans le suivi du processus budgétaire, à l’analyse du document de Budget », a poursuivi Monsieur FRAETERS qui précise que : « La Banque Mondiale a appuyé l’Assemblée Nationale à jouer son rôle conformément à l’article 60 de la Constitution du 30 mars 2015 concernant les décisions qui affectent les ressources naturelles ».

 Monsieur HAN FRAETERS, Représentant Résident de nationalité belge a été nommé le 1er juillet dernier et a précédemment occupé plusieurs postes au sein du Groupe de la Banque Mondiale.

Titulaire d’un master en philosophie et d’un diplôme d’études supérieures en Sciences de l’Information de l’Université Catholique de Louvain, Hans FRAETERS, avant son arrivée à la Banque Mondiale, était spécialiste en transformation numérique du secteur éducatif en Europe. Il a collaboré étroitement avec les gouvernements, divers opérateurs de l’enseignement public et privé dans des nombreux pays européens afin de mettre en œuvre les politiques de numérisation et de coopération de la commission européenne.

L’audience faut-il le préciser s’est déroulée en présence de Monsieur Modibo Bachir WALIDOU, Directeur de Cabinet du Président de l’Assemblée Nationale, des Messieurs Dieudonné KOMBO-YAYA et Rémy YAKORO, respectivement Conseiller Diplomatique et Conseiller en matière des Finances.

L’AMBASSADEUR DU SOUDAN EN POSTE A BANGUI, REçU PAR LE PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE

, ,

Le Président de l’Assemblée Nationale, Laurent NGON-BABA, a reçu en tête à tête dans son Cabinet de travail, ce mercredi 31 Juillet  2019, Monsieur Abdel Raouf ALI AMIR, Ambassadeur de la République du Soudan accrédité auprès de la République Centrafricaine.

En visite de courtoisie, le diplomate Soudanais en a profité pour échanger avec le Président de l’Assemblée Nationale sur des sujets de Coopération qui existe depuis plusieurs décennies entre les deux pays, le processus de paix et de réconciliation sans occulter la situation politique actuelle au Soudan : « C’est un grand remerciement d’être accueilli par le Président de l’Assemblée Nationale, afin d’échanger sur les questions de relations bilatérales qui lient nos deux pays ».

 « J’ai rassuré le Président de l’Assemblée du soutien du Gouvernement de Transition du Soudan aux côtés de la République Centrafricaine dans le processus de paix et réconciliation tenu au Soudan et paraphé à Bangui, pour enfin parvenir à une solution de paix durable et de sécurité sur toute l’étendue du territoire Centrafricain », a poursuivi l’ambassadeur Abdel Raouf Ali AMIR qui souligne que: « la situation que vit le Soudan pendant sa transition pour préparer une élection dans les jours à venir doit servir d’exemple au le peuple Centrafricain pour l’avenir de leur cher et beau pays ».

A noter que le Soudan et la République Centrafricaine sont deux pays voisins qui entretiennent des très bonnes relations de coopération et d’amitié depuis plusieurs décennies. Les derniers pourparlers entre le gouvernement centrafricain et les groupes armés qui se sont déroulés au Soudan, ont été sanctionnés par un accord de paix et de réconciliation paraphé à Khartoum le 5 février 2019 et signé le lendemain à Bangui.

LE PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE ACCORDE UNE AUDIENCE A L’AMBASSADEUR DE LA CHINE EN POSTE A BANGUI

, ,

Le Président de l’Assemblée Nationale, Laurent NGON-BABA, a reçu en audience ce mardi 30 Juillet  2019, Monsieur CHENG-DONG, Ambassadeur de la République Populaire de Chine accrédité auprès de la RCA.

Le Diplomate Chinois de retour à Bangui après s’être rendu à la conférence des Ambassadeurs et  Consuls généraux de son pays et qui est venu échanger avec le Président de l’Assemblée Nationale,  a réaffirmé l’engagement de la Chine aux côtés de la RCA.

Au sortir de l’audience, l’Ambassadeur CHENG-DONG devant la presse parlementaire a déclaré : « Il y a deux semaines, je suis absent de la Centrafrique pour être en Chine en vue de participer à une conférence des Ambassadeurs et  Consuls généraux et maintenant il y a quelques jours je suis rentré. C’est dans ce cadre là que l’Honorable Président de l’Assemblée Nationale me convoque pour discuter des relations de coopération entre nos deux pays».

 « Cette coopération est toujours dans un bel élan, mais il y a quelques actes qui tentent de l’emboiter. Prenons le cas de Bozoum avec des rapports qui circulent dans les médias et en ma qualité d’Ambassadeur et de Représentant du Gouvernement Chinois, la première proposition est que si les Chinois ont commis des fautes, le Gouvernement Chinois et l’Ambassade de Chine ne doivent pas protéger sans principe ces actes, nous respectons la loi Centrafricaine et nous demandons à nos compatriotes d’en faire autant », a souligné le diplomate chinois.

Pour l’Ambassadeur CHEN-DONG: « ce qui s’est produit, est une affaire commerciale même s’il y a une enquête parlementaire, ceci ne doit pas ternir l’image de nos relations de coopération, en d’autre terme, quelqu’un veut diaboliser la Chine à travers nos diverses relations. Car l’histoire de nos relations témoigne que la Chine a été toujours aux côtés de la RCA pendant les moments les plus difficiles ».

« Vous êtes maintenant dans le processus de paix, les relations sont entrain de monter en puissance, avec beaucoup de projets en vue, notamment, la signature dans les tous prochains jours de l’accord de construction d’un champ solaire en RCA », a fait savoir le Diplomate Chinois qui précise: « je suis prêt à dialoguer avec les parlementaires Centrafricains parce qu’il  y a trop de malentendus et ce que disent les médias n’encouragent pas un climat propice au développement du pays ».

A noter que l’audience qui a eu lieu au Cabinet du Président de l’Assemblée Nationale, s’est déroulée en présence du Premier Vice-président de l’Assemblée Nationale, Jean Symphorien MAPENZI et Monsieur Dieudonné KOMBO-YAYA, Conseiller Diplomatique du Président de l’Assemblée Nationale.

LE DEPUTE ET HOMME D’AFFAIRES CAMEROUNAIS ALBERT KOUINCHE REçU PAR PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE

, , ,

Arrivé dimanche à Bangui dans le cadre d’une visite professionnelle, le député de la Région du Koungh-Khi à l’Ouest du Cameroun, Albert KOUINCHE a été ce lundi 22 juillet 2019, l’hôte du Président de l’Assemblée Nationale, Laurent NGON-BABA.

En visite de courtoisie pour présenter ses civilités au Président de l’Assemblée Nationale, l’honorable KOUINCHE a affirmé échanger avec le N°1 de la Représentation Nationale sur les opportunités de réaliser certains projets multi domaniaux, créateurs d’emplois en vue du relèvement de la République Centrafricaine.

Au sortir de l’audience, Monsieur KOUINCHE sous sa double casquette a déclaré : « Je suis arrivé en Centrafrique depuis dimanche, je dois dire dans le cadre de mes activités professionnelles, professionnelles en ce sens qu’avant d’être député, je suis opérateur économique et par conséquent, en marge de cette visite, et comme je suis député de la nation, il était normal que je vienne rendre une visite de courtoisie au très honorable Président de l’Assemblée Nationale qui, est d’ailleurs le collègue de mon patron du Parlement, le très honorable CAVAYE YEGUIE ».

 « J’ai rendu compte au Président de l’Assemblée Nationale, Laurent NGON-BABA de ce que j’ai fait depuis et c’est normal parce que ce sont nos patrons (Président de l’Assemblée Nationale centrafricaine et son collègue du Cameroun), nous avons échangé au sujet des projets que j’entends réaliser ici et j’ai tenu aussi à lui exprimer mes remerciements et mon soutien par rapport à l’appui qu’il apporte à EXPRESS UNION Centrafrique, lequel appui est apporté par tout le Gouvernement centrafricain » a poursuivi l’honorable KOUINCHE qui conclut : « Je repars d’ici tout satisfait et je transmettrai au très honorable CAVAYE YEGUIE, les salutations de son frère, de son collègue ».

Ont pris part à cette audience aux côtés du Président de l’Assemblée Nationale, Monsieur Rémy YAKORO, Conseiller en matière des Finances et Monsieur Christophe NDOUBA, Chargé de Mission aux Organisations Parlementaires.

UNE DELEGATION DE L’OIF REçUE PAR LE PRESIDENT L’ASSEMBLEE NATIONALE

, , , ,

Le Président de l’Assemblée Nationale, Laurent NGON-BABA a accordé ce jeudi 18 juillet 2019, une audience à une délégation de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), en mission de travail en République Centrafricaine du 16 au 19 juillet. Cette délégation a été conduite par Monsieur Georges NAKSEU-NGUEFANG, Directeur Affaires Politiques et Bonne Gouvernance de l’OIF en poste à Bangui.

Au centre des échanges, plusieurs sujets ont été abordés par les deux parties comme l’a indiqué à la presse parlementaire, Monsieur NAKSEU-NGUEFANG : « Nous sommes là dans le cadre d’une mission qui a été déployée sur le terrain par Son Excellence, Madame Louise MUSHIKIWABO, Secrétaire Générale de la Francophonie. Vous savez, à quelle place la République Centrafricaine occupe au sein de cette organisation et, il était de bon temps que nous puissions passer pour rendre une visite de courtoisie qui a été par ailleurs une séance de travail avec le Président de l’Assemblée Nationale qui nous a fait l’honneur de nous recevoir et nous nous pu ensemble passer en revue un certain nombre de questions relatives à la coopération que nous menons avec cette institution ».

« Nous avons également salué le travail mené par l’Assemblée Nationale et nous avons également évoqué quelques perspectives de coopération à moyen et court terme dans le cadre de l’accompagnement de la Francophonie au relèvement de la Centrafrique », a ajouté l’émissaire de l’OIF qui précise : « Nous avons parlé des évolutions enregistrées dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord de Khartoum et le travail qui reste à faire. Nous avons à la même occasion été très heureux de savoir que la Francophonie qui a déjà apporté un soutien dans le cadre du travail à mener avec d’autres partenaires internationaux surplace, que la Francophonie avait encore des espaces où, elle pourrait apporter une contribution plus utile pour créer une dynamique de dialogue, de concertation permanente qui est un élément fondamental pour le relèvement de la République Centrafricaine ».

Il est à noter que l’audience s’est déroulée au Cabinet du Président de l’Assemblée Nationale en présence de l’honorable Jean Symphorien MAPENZI, Premier Vice-président de l’institution, de Monsieur Modibo Bachir WALIDOU, Directeur de Cabinet et du Chargé de Mission aux Organisations Parlementaires, Monsieur Christophe NDOUBA.

RETOUR A BANGUI DU PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE APRES LE SOMMET PANAFRICAIN DE BRAZZAVILLE

, , , ,

Le Président de l’Assemblée Nationale, Laurent NGON-BABA qui a pris part au sommet Panafricain  de haut niveau  sur le financement du VIH et de la santé, organisé dans la capitale congolaise du 11 au 12 juillet 2019, a regagné Bangui ce dimanche après-midi, 14 juillet 2019.

Faut-il le rappeler, ce sommet est organisé par le Parlement Panafricain en collaboration avec l’Assemblée Nationale congolaise et l’ONUSIDA.

C’est aux environs de 17 heures 30 minutes, heure locale que l’avion au bord duquel se trouvait le Président de l’Assemblée Nationale, Laurent NGON-BABA, s’est posé sur la piste de l’aéroport international Bangui M’poko.

A sa descente de l’avion, le Chef du Parlement centrafricain a reçu les honneurs militaires des autorités aéroportuaires, puis a été accueilli par le Député Mathurin DIMBELET NAKOE, 2ème Vice-président de l’Assemblée Nationale et des quelques membres de son Cabinet avant d’être conduit au pavillon présidentiel pour des échanges de courtoisie avec ses plus proches collaborateurs.

L’honorable Président de l’Assemblée Nationale, Laurent NGON-BABA a eu l’opportunité de dégager les enjeux de ce sommet Panafricain : « L’invitation de Brazzaville est une invitation avec insistance compte tenu de l’importance du sujet. Le Président du Parlement Panafricain ainsi que le Président de l’Assemblée Nationale du Congo nous ont saisi par écrit pour solliciter notre présence effective à Brazzaville afin de participer au même titre que les autres collègues Présidents des chambres des Parlements, membres du Parlement Panafricain à ce sommet de haut niveau, un haut niveau parce que, ce sont des hautes autorités de la République du Congo qui ont marqué leur présence à l’ouverture de ce sommet ».

Le Président Laurent NGON-BABA ajoute : « Le sommet a regroupé plusieurs Présidents des différentes chambres à savoir, Assemblée Nationale  et Sénat, membres du Parlement Panafricain. Nous avons débattu de la question du Sida et de la santé qui sont des éléments déterminants pour le développement d’un pays. Il faut noter que ce sommet est organisé conjointement par les Nations-Unies, l’ONUSIDA et le Parlement Panafricain avec l’appui de la République du Congo ».

 « A titre de rappel, en février dernier, les Chefs d’Etats et de Gouvernements de l’Union Africaine avaient adopté une déclaration en ce qui concerne le financement du VIH/Sida et de la santé pour le développement de l’Afrique », a fait savoir l’honorable Laurent NGON-BABA qui souligne : « Après avoir constaté qu’aujourd’hui, le financement pour la lutte contre le Sida et de la santé constitue une préoccupation essentielle, il faut noter que ce sont beaucoup plus les partenaires au développement, les partenaires financiers et techniques qui appuient les Etats africains dans le cadre de la lutte contre le VIH/Sida. Le moment est venu pour que les Etats se prennent en charge, parce que la question de Sida est une question de population ».

 « Il faudrait que les Etats africains prennent en charge en finançant la lutte contre le Sida et pour ce faire, les représentants de la population que nous sommes les Députés, l’Assemblée Nationale et les Sénateurs devraient se mobiliser pour accompagner le Gouvernement dans la lutte contre le Sida et il est noté un rôle important des Parlements africains pour la lutte contre ce fléau en qui concerne la recherche de financement », a précisé le Président de l’Assemblée Nationale Centrafricaine.

 

LE PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE SE REND A BRAZAVILLE POUR LE SOMMET PANAFRICAIN SUR LE FINANCEMENT DU VIH ET DE LA SANTE

, , , ,

Le Président de l’Assemblée Nationale, Laurent NGON-BABA  s’est envolé ce matin du 10 juillet 2019 à destination de Brazzaville au Congo, en vue de prendre part au sommet panafricain  de haut niveau  sur le financement du VIH et de la santé, organisé dans la capitale congolaise du 11 au 12 juillet 2019, par le Parlement Panafricain en collaboration avec l’Assemblée Nationale congolaise et l’ONUSIDA.

Le N°1 de la Représentation Nationale Centrafricaine répond ainsi à l’invitation du Très Honorable Roger NKONDO DANG, Président du Parlement Panafricain.

La Commission Santé, Travail et des Affaires Sociales du Parlement Panafricain qui constitue la cheville ouvrière de l’organisation dudit sommet, est présidée faut-il le préciser, par un parlementaire centrafricain et la présence du Président Laurent NGON-BABA à ce sommet, renforce ainsi d’autre part le rôle de l’Assemblée Nationale Centrafricaine au sein de l’Institution Panafricaine.

La rencontre de Brazzaville vise à outiller les participants sur la nécessité d’apporter une réponse d’urgence à la pandémie du VIH/Sida, véritable frein au développement du continent.

Précisons que le Parlement Panafricain (PAP), organe de l’Union Africaine créé le 18 mars 2004, a pour mission d’assurer la pleine participation des peuples africains au développement économique et à l’intégration du continent, tout en servant de plateforme aux citoyens africains afin qu’ils soient impliqués dans les débats et les prises de décisions concernant les problèmes et les défis auxquels le continent est confronté. Le siège du Parlement se trouve à Midrand en Afrique du Sud.

LE PREMIER VICE-PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE REÇOIT UN GROUPE D’EXPERTS MANDATES PAR LE CONSEIL DE SECURITE DE L’ONU

, , , ,

Le Premier Vice-président de l’Assemblée Nationale, Jean Symphorien MAPENZI,  s’est entretenu ce jeudi 04 juillet 2019, avec un groupe d’experts commis par le Conseil de Sécurité des Nations-Unies en mission d’évaluation en République Centrafricaine.

Conduit par Monsieur KELVIN, ce groupe d’experts a sillonné certaines villes du pays pour s’assurer des avancées enregistrées  quant à l’observance par le Gouvernement de l’embargo sur les armes imposé par les Nations-Unis depuis 2013.

Il s’agit également pour ces experts de dresser suite à cette mission, un rapport au Conseil de Sécurité de l’ONU qui décidera de la levée partielle ou totale de l’embargo qui empêche les Forces Armées Centrafricaines de retrouver leur pleine capacité opérationnelle.

Le Premier Vice-président de l’Assemblée Nationale, Jean Symphorien MAPENZI s’est confié à la presse parlementaire en ces termes : « ces experts sont venus écouter les élus de la nation que nous sommes, quelles sont nos préoccupations et nous avons également profité pour leur poser la question de savoir puisse qu’ils étaient à Bouar et ailleurs, et qu’ils ont rencontré le Gouvernement et certains acteurs, quelles étaient leurs impressions ? Quel était selon eux, ce que l’Assemblée Nationale pouvait apporter et c’est ça qui a fait l’objet de nos échanges ».

S’agissant des mesures imposées par les Nations-Unies en cas de non-respect de l’embargo telles que l’interdiction d’importer les armes, de voyage ou de gel des avoirs et présentement du côté des groupes armés qui continuent à s’armer et surarmer, le député MAPENZI a déclaré: « Nous avons dit à nos interlocuteurs pourquoi est-ce que notre armée peut-être mise sous embargo pendant que les groupes armés n’ont pas été mis sous sanction, tout cela a été évoqué. Nous avons aussi suggéré la possibilité d’alléger un peu et surtout de mettre la pression sur les groupes armés pour que les massacres cessent, pour que les gens circulent librement dès lors que, depuis le 06 février 2019, il y a  eu un Accord politique de paix qui a été signé et qui n’a pas été  respecté par certains groupes armés ».

« Les honorables députés ont exprimé leurs préoccupations quant à la libre circulation des biens et des personnes, quant à la situation sécuritaire et nous pensons que cette mission d’évaluation d’experts fera un rapport qui va permettre au Conseil de Sécurité de prendre la bonne décision afin que nous sortions un peu plus de cette situation que nous traversons depuis un moment » a-t-il conclu.

Il est à noter que l’embargo sur les armes imposé par le Conseil de Sécurité des Nations-Unies à la RCA depuis 2013 et renouvelé plusieurs fois reste en vigueur jusqu’au 31 janvier 2020.

Ont pris part à cette audience les députés, Henri Mylla VIGNER, 3ème Vice-président de l’Assemblée Nationale, Emilie Béatrice EPAYE, Présidente de la Commission Affaires Etrangères, Joël SINFE MOÏDAMSE, Président de la Commission Défense et Cool SONNY BAYONE, représentant du Groupe Parlementaire de la Majorité Présidentielle.

énéral.

LE SECRETAIRE GENERAL DU GROUPE DES ETATS ACP REçU A L’ASSEMBLEE NATIONALE

, , , ,

Le Premier Vice-président de l’Assemblée Nationale, Jean Symphorien MAPENZI a reçu ce jeudi 04 juillet 2019, une délégation du Groupe des Etats de l’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), conduite par Docteur Patrick GOMES, Secrétaire Général de ladite structure qu’accompagnait Monsieur Daniel Emery DEDE, Ambassadeur de la République Centrafricaine auprès du Royaume de Belgique.

L’implication du Groupe des Etats ACP de concert avec l’Assemblée Nationale dans le processus de mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale en Centrafrique et la promotion du secteur privé ont été au centre de cette rencontre comme l’a indiqué Monsieur GOMES : « Nous avons discuté de la meilleure façon pour le Groupe ACP de s’impliquer dans le processus de l’Accord de paix aux côtés de nos imminents parlementaires. Nous voulons qu’il y ait des échanges plus approfondis entre parlementaires. Que beaucoup plus de parlementaires viennent à Bruxelles notamment à l’occasion des sessions de l’Assemblée parlementaire pour qu’ils expliquent davantage aux autres parlementaires l’état actuel de la situation sécuritaire en République Centrafricaine ».

S’agissant du deuxième volet de cette visite de travail en Centrafrique à savoir le cadre économique, le Secrétaire Général du Groupe ACP a répondu en ces termes : « Nous allons mettre un accent particulier dans le nouvel Accord dit post-Cotonou 2020 sur le secteur privé et l’investissement notamment la nécessité de la transformation locale de nos produits c’est-à-dire, industrialiser nos Etats pour donner une plus-value à nos produits et faire évoluer la chaine de valeur ».

« Nous allons suivre étroitement le travail qu’effectuera l’Assemblée Nationale centrafricaine s’agissant essentiellement du secteur privé parce qu’il (secteur privé) ne peut pas évoluer normalement s’il n’y a pas de lois adéquates qui l’encadre », a fait savoir Docteur Patrick GOMES, Secrétaire Général du Groupe des Etats ACP.

A signaler que le 2ème Vice-président de l’Assemblée Nationale, Mathurin DIMBELET NAKOE, les députés Steve KOBA, Président du Groupe Parlementaire Cœurs Unis et Davy YAMA de l’Assemblée parlementaire ACP ont assisté à cette audience au même titre que Messieurs Modibo Bachir WALIDOU, Directeur de Cabinet du Président de l’institution et Noël KAMNADJI, Secrétaire Général.

DEPART EN RUSSIE DU PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE

, , , ,

Répondant à l’invitation des autorités gouvernementales et parlementaires russes, le Président de l’Assemblée Nationale centrafricaine, Laurent NGON-BABA, dans l’optique de faire rayonner son institution,  s’est envolé de Bangui ce vendredi 28 juin 2019 à destination de Moscou.

Dans la capitale russe, il prendra tout d’abord part aux côtés de ses pairs, Présidents des Parlements, au 2ème Forum International sur le « Développement du Parlementarisme » qui se déroulera du 1er au 2 juillet prochain. Ensuite le 3 juillet, le Président NGON-BABA assistera à la Conférence parlementaire « Russie-Afrique ». Cette conférence se tiendra toujours à Moscou.

UNE DELEGATION DE l’UNION EUROPEENNE AU CONTACT DU PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE

, , , ,

Le Président de l’Assemblée Nationale, Laurent NGON-BABA a reçu en audience ce jour mardi 25 juin 2019 Monsieur David HACQUIN, Expert Sectoriel-Gouvernance à l’Agence Belge de Développement (ENABEL) qu’assistaient Monsieur Martin PELEMAN, Directeur Adjoint des Services de la chambre au Parlement Fédéral Belge et Monsieur Junior MUKE de l’Institut Internationale pour la Démocratie et l’Assistance Electorale (IDEA international), en mission pour l’Union Européenne.

Monsieur HACQUIN et sa suite, dans le cadre du partenariat UE/RCA,  ont eu l’opportunité d’échanger avec leur hôte sur le processus électoral en République Centrafricaine et surtout envisager une coopération multiforme avec l’Assemblée Nationale.

Au sortir de l’audience, David HACQUIN au micro de la presse parlementaire a rompu le silence pours’exprimer sur le programme d’appui à la démocratie de l’Union Européenne: «  C’est un programme que l’Union Européenne souhaite mettre en œuvre pour accompagner et soutenir le processus électoral en priorité et puis, pour le cas échéant accompagner l’Assemblée Nationale. La question d’accompagnement de l’Assemblée Nationale est pour le moment en discussions. Nous sommes en train de réfléchiraux activités qui seront menées en nous en discuterons avec l’Union Européenne le moment venu ».

L’audience s’est déroulée en présence du 2ièmeVice-président de la Représentation Nationale, Mathurin DIMBELET NAKOE, le Premier Secrétaire ParlementaireBernard DILLAH, quelques membres du cabinet et de l’Administration de l’Assemblée Nationale.

FIN DES TRAVAUX DE LA 74ième SESSION DU COMITE EXECUTIF DE L’UPA A BANGUI

,

Après 48 heures d’intenses travaux à l’hémicycle de l’Assemblée Nationale, les lampions se sont éteints ce vendredi 14 juin 2019 sur la 74ième Session du Comité Exécutif de l’Union Parlementaire Africaine (UPA).

La cérémonie a été présidée par lePrésident en exercice du Comité Exécutif de l’UPA, Alassane BALA SAKANDE, Président de l’Assemblée Nationale du Burkina-Faso en présence de son homologue, Président de l’Assemblée Nationale de la République Centrafricaine, Laurent MOUSSA NGON-BABA.

Plusieurs personnalités politico-diplomatiquesde la sphère nationale et internationale ont également fait le déplacement du Palais du peuple où la clôture des travaux a été marquée d’abord par la désignation des membres du Comité de l’UPA et la désignation de deux rapporteurs pour la prochaine session. Il s’agit de l’Ivoirien Amédée DIBAYI DODO et du Ghanéen IDRISS AROUNA.

La lecture du rapport général des travaux a été faite par Monsieur IDI GADO BOUBACAR, Secrétaire Général du bureau Exécutif de l’UPA, lequel rapport a subi quelques amendements, suivies des recommandations et des motions de remerciements au Président de la République, Chef de l’Etat Professeur Faustin Archange TOUADERA et au Président de l’Assemblée Nationale, Laurent MOUSSA NGON-BABA.

Une déclaration de soutien de l’UPA à l’Accord de Khartoum signé à Bangui le 06 février dernier a été lue par une femme parlementaire, déclaration après laquelle, le Président en exercice du Comité Exécutif de l’Union Parlementaire Africaine, l’honorable Alassane BALA SAKANDE a prononcé son allocution de clôture en ces termes :

Excellence Monsieur Laurent MOUSSA NGON-BABA, Président de l’Assemblée Nationale de la République Centrafricaine, cher frère, cher ami ;

Distingués chefs de délégations ;

Honorables parlementaires ;

Mesdames et Messieurs ;

Nous voici à présent au terme des travaux de la 74ième Session du Comité Exécutif de notre organisation. Après deux (02) riches et intenses journées, c’est avec un réel sentiment de satisfaction que je voudrais renouveler mes sincères remerciements à toutes et à tous pour votre fructueuse participation et pour l’ambiance conviviale qui ont caractérisé nos travaux.

J’ai personnellement apprécié le climat de sincérité et de fraternité dans lequel nos travaux se sont déroulés. Cela vient confirmer mon propos introductif à cette conférence au sujet des valeurs qui nous lient et qui doivent toujours continuer à nous guider dans nos rapports.

L’UPA, ce n’est pas seulement une organisation interparlementaire, c’est une famille et  les sessions que nous tenons ont valeur d’arbre à palabre qui nous rassemble et qui nous permet de concilier nos positions et nos convictions, de nous réconcilier, réfléchir et d’agir dans l’unité.

La présente session en est une illustration parfaite au regard de ce que nous avons vécu ensemble durant ces deux jours et au regard des résultats auxquels nous sommes parvenus tous ensemble.

En tant que parlementaires, nous sommes cette sève qui nourrit les instances de l’UPA et qui fait vivre notre organisation.

C’est pourquoi, au moment où nous devons nous donner rendez-vous pour la prochaine session, je voudrais réitérer encore  une fois notre appel, l’appel de cette 74ième session, à l’ensemble des parlements membres non à jour de leurs cotisations afin qu’ils donnent un signal fort de leur attachement aux idéaux de notre organisation.

Pour cela, nous devons chacun assurer un plaidoyer fort au sein de nos parlements respectifs car la force et le souffle de notre union en dépendent.

Le riche débat que nous avons eu hier sur les statuts et le règlement intérieur de notre organisation, au-delà de la nécessité de mettre à jour nos textes, ont révélé également un besoin réel de leur appropriation. C’est pourquoi, je vous invite tous à vous replonger dans nos textes dans la perspective inévitable de leur ajustement au contexte actuel et aux enjeux de l’heure.

Distingués chefs de délégations ;

Honorables parlementaires ;

Mesdames et Messieurs ;

Je l’ai mentionné à l’ouverture de nos travaux : cette session est le fruit de l’engagement des autorités parlementaires centrafricaines et de l’accompagnement de l’Exécutif, malgré un contexte socioéconomique difficile. C’est pourquoi, en votre nom à tous chers collègues, je voudrais leur renouveler nos vifs remerciements pour toutes les bonnes conditions de travail qui nous ont été offertes.

Je n’oublie pas les acteurs qui sans être dans cette salle ont fait un travail remarquable d’organisation de la présente session. Je veux parler ici des membres du comité d’organisation et de tous les acteurs qui se sont impliqués d’une manière ou d’une autre à la réussite des présentes assises.

Je souhaite  à toutes et à tous un bon retour dans vos pays respectifs.

Sur ce, je déclare close la 74ième Session du Comité Exécutif de l’Union Parlementaire Africaine.

Je vousremercie

Shoukran

O’Brigado

Thank you

Le clou de la cérémonie a été la conférence de presse conjointe co-animée parle Président de l’Assemblée Nationale du Burkina Faso, Alassane BALA SAKANDE,Président du Comité Exécutif de l’UPA, et son homologue Président de l’Assemblée Nationale de Centrafrique, l’honorable Laurent MOUSSA NGON-BABA, Président du comité d’organisation de cette 74ème Session de l’Union.

Un dineroffert par le Président MOUSSA NGON-BABA en l’honneur de tous les parlementaires participants a été offerten la salle de banquet de l’Assemblée Nationale, sanctionnant ainsi ces assises de Bangui.

une délégation des pays Européens, Membres du conseil de sécurité de l’ONU, reçue par le président Laurent NGON-BABA

, , ,

Le Président de l’Assemblée Nationale, Laurent NGON-BABA a accordé ce jeudi 13 juin 2019, une audience à une forte délégation des pays européens, membres du Conseil de Sécurité des Nations-Unies, conduite par Monsieur Jean-Marc SERE-CHARLET, Directeur Adjoint des Nations-Unies au Ministère français de l’Europe et des Affaires Etrangères en mission de travail en terre centrafricaine.

La rencontre qui s’est déroulée dans la salle 208 de l’Assemblée Nationale a permis aux deux parties d’engager des discussions sur la situation sécuritaire de la République Centrafricaine.

Répondant aux questions de la presse parlementaire, Monsieur SERE-CHARLET a affirmé: « Je suis ici à la tête d’une délégation des pays européens du Conseil de Sécurité des Nations-Unies et nous venons rencontrer les partenaires centrafricains pour comprendre la Minusca, la mission des Nations-Unies pour être la plus efficace possible au service de la paix ».

 « L’Accord du 06 février est avant tout un accord important, un premier pas vers la pacification et qu’il est important que toute la communauté internationale se mobilise en soutien du Gouvernement centrafricain pour réussir la paix », a indiqué l’orateur.

S’agissant de la suite à donner à cette rencontre avec le Président de l’Assemblée Nationale, Monsieur SERE-CHARLET a déclaré: « Cinq (5) Etats Européens sont membres du Conseil de Sécurité, ils ont une responsabilité imminente en terme de rédaction du mandat, d’adaptation du mandat de la Minusca aux réalités centrafricaines et avoir un mandat efficace, c’est une condition pour la réussite de la mission ».

« La France ne ménage pas son soutien à la République Centrafricaine et continuera à le faire. Les modalités peuvent évoluer, la France est présente et il y a des militaires français qui sont présents à M’poko, la France est également présente dans l’EUTM, la France est présente dans la Minusca, je crois vraiment que c’est l’action de la communauté internationale qui doit soutenir la République Centrafricaine et la France prendra ses responsabilités et sera toujours aux côtés de la République Centrafricaine, soyez-en persuadés », a conclu l’hôte du Président de l’Assemblée Nationale, Monsieur Jean-Marc SERE-CHARLET.

Ouverture officielle à Bangui de la 74ème Session du Comité Executif de l’UPA

, ,

La 74ème Session du Comité exécutif de l’Union Parlementaire Africaine (UPA), s’est ouverte ce jeudi 13 juin 2019 à l’hémicycle de l’Assemblée Nationale. La République Centrafricaine, pays hôte de ces assises qui vont durer 48 heures est devenue le point de convergence et d’attention particulière de plus d’une quarantaine de parlements du continent africain qui ont fait le déplacement de Bangui.

Députés et sénateurs se sont mobilisés à l’ouverture des travaux présidés par Monsieur Alassane BALA SAKANDE, Président de l’Assemblée Nationale du Burkina-Faso et Président en exercice du Comité Exécutif de l’UPA, aux côtés de qui, on notait la présence de son homologue Président de l’Assemblée Nationale de Centrafrique, Laurent NGON-BABA.

La délégation gouvernementale a été conduite par le Ministre de l’Energie, Herbert Gontran DJONO AHABA, représentant le Premier Ministre empêché. Les Présidents des institutions républicaines, le corps diplomatique et consulaire, les représentants des organismes et institutions internationales et autres personnalités de marque invitées ont rehaussé de leur présence ladite cérémonie.

Deux allocutions ci-dessous, prononcées par le chef du Parlement centrafricain, Laurent NGON-BABA et son homologue du Burkina-Faso, Alassane BALA SAKANDE, Président en exercice de l’Union Parlementaire Africaine ont émaillé cette cérémonie d’ouverture :

Allocution de L’Honorable Laurent NGON-BABA, Président de L’Assemblée Nationale à l’Ouverture de la 74ème  Session du Comité Exécutif de l’Union Parlementaire Africaine (UPA) à Bangui (RCA)

 

Honorable Président de l’Assemblée Nationale du Burkina Faso, Président du Comité Exécutif de l’Union Parlementaire Africaine;

Honorables Présidents des Chambres des Parlements, ou leurs Représentants, membres de L’Union Parlementaire Africaine

Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement ;

Mesdames et Messieurs les Présidents des Institutions de la République ;

Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement ;

Monsieur le Secrétaire Général de l’Union Parlementaire Africaine ;

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, Chefs de mission Diplomatique et Consulaire, et les Représentants des Organisations internationales ;

Honorables Parlementaires de l’Union Parlementaire Africaine ;

Honorables Députés de la Nation, Chers Collègues ;

Monsieur le Président de la Délégation Spéciale de la Ville de Bangui ;

Mesdames et Messieurs les Présidents des Partis politiques et des Organisations de la Société civile. 

Distingués invités ;

Mesdames, Messieurs,

            L’Assemblée Nationale Centrafricaine est honorée d’abriter à Bangui la 74ème session du Comité Exécutif ainsi que la 42ème Conférence de l’Union Parlementaire Africaine (U.P.A).

Aussi, est-ce avec un immense plaisir que je souhaite à toutes et à tous, membres des Délégations des Parlementaires, Fonctionnaires africains, et Amis, une cordiale bienvenue au pays de ZO KWE ZO.

            Au-delà de la rotation habituelle et statutaire des pays organisateurs des sessions du Comité exécutif et de la Conférence de l’Union Parlementaire Africaine, le choix de la République centrafricaine pour abriter les présentes assises, est pour nous une grande marque de solidarité et le signe d’une amitié sincère que nous apprécions à leurs justes valeurs.

Cela dit, votre venue ici Honorables Députés, Mesdames et Messieurs les Participants, chers amis, révèle un grand attachement à notre pays et à notre organisation commune, l’Union Parlementaire Africaine (U.P.A.). Et, nous vous en sommes reconnaissants.

Honorable Président de l’Assemblée Nationale du Burkina Faso, Président du Comité Exécutif de l’Union Parlementaire Africaine ;

Honorables Présidents des Chambres des Parlements, ou leurs Représentants, membres de l‘Union Parlementaire africaine

Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement

Mesdames et Messieurs les Présidents des Institutions de la République ;

Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement

Monsieur le Secrétaire Général de l’Union Parlementaire Africaine

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, Chefs de mission diplomatique et consulaire, at les Représentants des Organisations internationales.

Distingués invités

Mesdames, Messieurs,

            Les présentes assises se tiennent au moment où la République centrafricaine a entrepris le renforcement de sa jeune démocratie et la relance de son économie.

            La République Centrafricaine, comme beaucoup d’autres pays africains, est confrontée à de nombreux défis que sont l’insécurité alimentée par le terrorisme, les grandes violations de droits de l’homme, la dégradation de l’environnement, la violence à l’égard des groupes vulnérables (femmes et enfants), etc. autant d’obstacles, qui freinent le développement de nos pays et l’épanouissement de nos populations.

            C’est en faisant face à ces défis que notre pays a pu renouer avec l’ordre constitutionnel par l’adoption d’une nouvelle Constitution, l’élection d’un nouveau Président de la République, Son Excellence Le Professeur Faustin Archange TOUADERA, les élections des Députés et la mise en place des nouvelles Instituions.

            Aujourd’hui, grâce à la bienveillante entremise de la Communauté internationale et plus particulièrement de l’Organisation des Nations Unies, de l’Union Européenne, de l’union Africaine et de la Communauté économique des Etats de l’Afrique Centrale, un Accord de Paix a été signé à Bangui, le 6 février 2019 entre les Groupes armés et le Gouvernement, sous la clairvoyance de Son Excellence Professeur Faustin Archange TOUADERA, Président de la République, Chef de l’Etat.

            A la suite de cet accord, est mis en place un Gouvernement inclusif ayant obtenu la confiance des Elus, et qui a pour mission de mettre en œuvre les mesures devant ramener la paix et la quiétude, telles que souhaitées par la population. En dépit de toutes les difficultés conjoncturelles, l’espoir d’un retour définitif de la paix est désormais permis.

            Il a fallu nous organiser pour apporter des solutions durables au bénéfice de nos populations, en mettant avant tout en commun nos forces, nos atouts et nos expériences.

Honorables Députés ;

Distingués invités

Mesdames, Messieurs;

            L’intégration régionale en Afrique est un enjeu fondamental pour nos peuples. Elle est pour nous, un impératif catégorique, en ce qu’elle constitue la condition de survie de nos populations, dans un environnement de plus en plus hostile.

C’est pourquoi, en tant que Représentants de nos peuples, nous devons à côté du pouvoir exécutif, œuvrer inlassablement, à rétablir la paix partout où sévissent des foyers de tension, à restaurer la dignité internationale de l’Afrique et à approfondir les relations amicales et fraternelles qui lient nos peuples aux autres peuples du monde.

            Sur ce point précis, je note avec satisfaction que notre institution a fort opportunément, adopté, au cours de ses dernières sessions qui se sont tenues à Ouagadougou (Burkina Faso), à Bujumbura (Burundi) et à Abuja (Nigeria), des résolutions et recommandations allant dans le sens de la lutte contre le terrorisme.

            C’est ici pour moi l’occasion de réitérer au nom de tous les Députés centrafricains, mes vives et chaleureuses félicitations, à l’honorable Alassane BALA SAKANDE, Président de l’Assemblée Nationale du Burkina Faso, Président du Comité exécutif de l’Union Parlementaire Africaine, et Monsieur IDI Gado Boubacar, Secrétaire Général de l’Union Parlementaire Africaine.

            Cependant, il importe de constater que les menaces à la paix et au bien-être de nos populations, sont multiformes. Par conséquent, nous devons prendre en compte ces différentes formes de terreur dans une résolution globale.

Mon souhait le plus ardent, à cet égard, est qu’à l’issue de nos travaux, nous adoptions une résolution dans le sens d’un plus grand engagement de nos Etats à lutter contre les Groupes armés qui réduisent à néant, les efforts de nos pays pour une meilleure satisfaction des besoins de nos populations.

            C’est sur ces mots d’espoir, que je vous souhaite un très agréable séjour dans la capitale centrafricaine, Bangui la Coquette.

            Vive l’Assemblée Nationale de la République Centrafricaine.

            Vive la Coopération interparlementaire.

             Pour que Vive l’Union Parlementaire Africaine.

                                                ***     ***    ***

Discours de l’Honorable Alassane BALA SAKANDE, Président de l’Assemblée Nationale du Burkina Faso, Président du Comité Exécutif de l’Union Parlementaire Africaine, à l’ouverture de la 74ème Session dudit Comité à Bangui en RCA.

Excellence Monsieur Laurent Moussa NGON-BABA, Président de l’Assemblée Nationale de la République Centrafricaine ;

Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement ;

Mesdames et Messieurs les Présidents des Institutions ;

Distingués Chefs des délégations ;

Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement ;

Honorables Parlementaires ;

Mesdames et Messieurs ;

En prenant la parole à l’entame des travaux de cette 74ème Session, permettez-moi de réitérer en votre nom à tous, au nom de l’ensemble des membres de l’Union Parlementaire Africaine, nos sentiments profonds de gratitude à la République Centrafricaine pour l’honneur et l’amitié qu’elle nous fait en abritant les présentes assises.

Vous donnez à voir que la légendaire hospitalité africaine n’est ni un mythe, ni un conte de fée. Elle reste inoxydable en Centrafrique.

Etant les représentants du peuple dans toutes ses composantes, cette reconnaissance va d’abord au peuple frère de la Centrafrique dont nous saluons le courage et la détermination face aux défis socioéconomiques actuels et avec qui nous partageons l’aspiration urgente à la paix et à un développement durable.

Honorables parlementaires ;

Mesdames et Messieurs ;

La tenue de cette session ici, dans la belle ville de Bangui est aussi le fruit d’un engagement, celui des autorités parlementaires centrafricaines à œuvrer au sein de notre organisation commune à la réalisation des objectifs qui nous ont toujours rassemblés dans notre quete de démocratie, de liberté et de paix.

C’est pourquoi, je voudrais en votre nom à tous chers collègues, reconnaitre et saluer les efforts de notre frère Laurent Moussa NGON-BABA, qui, à peine installé dans son fauteuil de Président de l’Assemblée Nationale, a aussi pris à bras le corps, le dossier de l’organisation de cette 74ème session de notre comité.

Excellence Monsieur le Président, cher ami, cher frère, organiser une telle réunion de haut niveau n’est pas chose aisée et nous le savons tous. C’est pourquoi, je vous pris de recevoir et d’accepter les vifs remerciements de nos délégations respectives.

Honorables parlementaires ;

Mesdames et Messieurs ;

La tenue de la présente session à Bangui, est le témoignage d’une volonté incarnée au sommet, malgré un contexte national difficile, par son Excellence Monsieur Faustin Archange TOUADERA, Président de la République Centrafricaine, et porté par une vision, celle de réussir le renouveau démocratique amorcé par la Centrafrique depuis les élections présidentielles de 2016, et de garantir aux institutions républicaines un espace d’expression et de consolidation.

Aussi, m’est-il particulièrement agréable de lui rendre un hommage appuyé pour les efforts sans cesse consentis en faveur de la paix et de la concorde nationale, et de lui formuler nos vœux sincères de réussite dans la lourde et délicate mission qu’il conduit avec tant d’engagement.

A ces hommages, j’associe l’ensemble des membres du Gouvernement qui l’accompagne et qui, chaque jour, travaillent à renforcer la lueur qui se répand de manière irréversible sur la terre bénie de la Centrafrique.

Distingués chefs des délégations ;

Honorables parlementaires ;

Mesdames et Messieurs ;

Depuis la tenue à Abuja le 8 novembre 2018 de la 73ème réunion de notre Comité Exécutif, c’est bien la première fois que nous nous retrouvons.

A cet égard, je voudrais adresser mes vives félicitations aux députés nouvellement élus ou réélus et qui font leur entrée au sein de l’Union Parlementaire Africaine.

Je leur souhaite à tous et à toutes, la bienvenue et leur formule mes vœux de succès dans leur mission à l’international.

Honorables parlementaires ;

Mesdames et Messieurs ;

En accédant à la Présidence de l’Union à la faveur de la 41ème conférence des Présidents, je prenais l’engagement de placer mon mandat sous le double signe de la consolidation des acquis et la conduite des réformes pour renforcer l’image, le rôle et le positionnement de notre organisation sur la scène internationale.

L’heure n’est pas au bilan à cette session certes, mais l’opportunité et le cadre imposent de faire un survol des actions majeures initiées depuis la session d’Abuja en novembre 2018.

Ainsi, faisant suite à l’annonce des réformes esquissées dans mon discours inaugural d’Abuja, j’ai, pour le compte du groupe national du Burkina Faso porté l’initiative de faire des propositions d’amendements aux statuts de l’UPA. Le projet a été transmis au Secrétaire Général Monsieur Idi GADO ABOUBACAR ici présent qui avait la responsabilité de vous le communiquer, si ce n’est pas déjà fait.

Ce projet prend en compte les préoccupations suivantes :

  • Le renforcement de la prise en compte du genre et de la problématique de la jeunesse dans les instances de l’UPA,
  • La formalisation de la présidence tournante du Comité Exécutif selon les régions géographiques,
  • L’ouverture du statut d’observateur de l’UPA aux parlements et institutions parlementaires non africains avec en toile de fond le renforcement du réseau de partenariat de notre organisation sur la scène internationale.

S’agissant de ce dernier point, il me plait de porter à votre connaissance l’intérêt porté par la Shura de l’Etat du Qatar, d’obtenir le statut de membre observateur au sein de l’UPA. C’est dans cet esprit que nous avons signé de commun accord un mémorandum d’entente à l’occasion d’une visite officielle que j’ai effectué à Doha avec le Secrétaire Général de l’UPA, du 29 au 3 avril 2019, sur invitation des autorités qataries.

Cette visite nous a offert l’opportunité d’examiner avec les autorités qataries, les axes éventuels de coopération qui toucheront aussi bien le renforcement institutionnel que les échanges de bonnes pratiques.

A ce titre, avec le Secrétariat Général, trois fiches de micros-projets portant respectivement sur la modernisation du site web de l’UPA, la création d’un département en charge du développement du partenariat et du développement institutionnel, la rénovation des locaux de notre organisation ont été soumis aux autorités du Qatar. Ces projets sont à mettre en lien avec notre volonté de renforcer la capacité opérationnelle de l’UPA, ainsi que son rayonnement sur la scène internationale.

C’est dans cette même dynamique que j’ai abordé le renforcement de la coopération entre notre organisation et la République de Chine à la faveur d’une visite officielle bilatérale que j’ai effectué à Pékin en mars 2019, sur invitation du Président de l’Assemblée Populaire de Nationale Chine. Avec lui, j’ai évoqué l’idée d’un forum parlementaire Chine-Afrique qui pourrait être envisagé sous l’égide de l’UPA et du parlement chinois.

Avec le Président de la Shura du royaume d’Arabie Saoudite à qui j’ai rendu visite à sa demande, du 1er au 6 mai 2019, je n’ai pas manqué de souligner la même nécessité de renforcer nos relations d’amitié et de coopération à travers des programmes concrets de partenariat.

Honorables parlementaires ;

Mesdames et Messieurs ;

Comme je l’avais mentionné tantôt, l’heure n’est pas encore au bilan puisque la 42ème conférence des Présidents nous donnera l’opportunité de le faire dans les détails. Mais ce survol était nécessaire, non pas seulement pour rassurer sur l’état de santé de notre organisation, mais pour apporter un éclairci sur le potentiel et les perspectives de notre organisation dans son élan de renforcement de son positionnement sur la scène internationale en général et sur l’échiquier parlementaire international en particulier.

Honorables parlementaires ;

Mesdames et Messieurs ;

Si la présente session est exclusivement consacrée à l’examen des documents de gestion de l’UPA, ainsi qu’à l’élaboration du projet d’ordre du jour de la 42ème conférence et de la 75ème Session du Comité Exécutif, elle nous offre également une opportunité renouvelée, de nous enrichir mutuellement de nos expériences respectives et de partager ce cadre qui doit toujours nous rappeler le sens et l’esprit de famille qui fondent notre organisation.

Cet esprit doit, plus que jamais, être omniprésent dans un contexte mondial où les problématiques sécuritaires environnementale et économique commandent un renforcement de solidarité et de la coopération entre les nations qui passent aussi et surtout par un multilatéralisme parlementaire.

L’UPA entant qu’organisation panafricaniste a tout son sens dans une telle dynamique et elle doit assurer le rôle qui est le sien. Mais elle n’y parviendra que lorsque nous, parlementaires membres, lui en donnerons la capacité et les moyens nécessaires qui ne tiennent en réalité qu’à deux conditions :

  • La première est l’effectivité de la participation de l’ensemble des Etats et organisations membres aux instances et sessions de l’UPA. Sur ce point, il convient de rappeler que notre organisation compte à ce jour 41 parlements membres. Mais combien sont-ils les parlements qui répondent présents aux instances de l’UPA ?
  • La deuxième condition est le paiement dans les requis des contributions financières au fonctionnement de l’UPA. A ce sujet, s’il est heureux de constater en 2018 une relative amélioration des versements des différentes cotisations, notamment en ce qui concerne les arriérés, les montants annuellement recouvrés depuis plus de trois ans n’ont jamais dépassé 55%. Le fonctionnement de notre organisation est affecté par la faiblesse de nos contributions.

C’est le lieu pour moi de saisir ce cadre solennel, pour réitérer l’appel qui a toujours été lancé en faveur d’une plus grande participation des membres à la vie de notre Union.

Honorables parlementaires ;

Mesdames et Messieurs ;

Avant de clore mon propos je voudrais une fois de plus réitérer nos vifs remerciements aux autorités centrafricaines, pour l’accueil combien chaleureux et pour l’hospitalité dont nous n’avons cessé d’être l’objet depuis notre arrivée ici à Bangui.

Sur ce, je déclare ouverte la 74ème session du comité exécutif de l’Union Parlementaire Africaine.

Je vous remercie

Shoukran

O’Brigado

Thank you

Arrivée à Bangui des délégations pour la 74ème session de l’UPA

,

La 74ème Session du Comité Exécutif de l’Union Parlementaire Africaine (UPA), se tient du  13 au 14 juin 2019 à l’hémicycle de l’Assemblée Nationale Centrafricaine.  Pour cela, l’Aéroport International de Bangui M’poko a connu depuis le 11 et ce, jusqu’au 13 de ce mois, un véritable ballet aérien parlementaire.

C’est dans ce contexte que le Président de l’Assemblée Nationale centrafricaine, Laurent NGON-BABA avec un soutien sans faille de ses plus proches collaborateurs a accueilli ce mardi 11 juin pas moins de trois délégations parmi les quelles, celle du Burkina-Faso conduite par son homologue Président de l’Assemblée Nationale, ALASSANE BALA SAKANDE, Président en exercice du Comité Exécutif de l’Union Parlementaire Africaine.

Après quelques échanges d’amabilités au Salon d’honneur présidentiel de l’aéroport entre les honorables NGON-BABA et ALASSANE BALA SAKANDE, ce dernier face à la caméra et au micro a tenu livrer ses impressions à chaud en ces termes : « C’est un plaisir de retrouver mon frère Président de l’Assemblée Nationale de la Centrafrique. Pour moi, c’est la première fois que je viens ici et j’ose espérer en tout cas que nous allons pouvoir travailler dans des bonnes conditions parce qu’avec l’accueil dont nous avons fait l’objet, je peux en tout cas dire que comme on le dit chez nous avec ces choses dès le début, on sait et on présage d’un avenir radieux pour nos travaux ».

« Avec les autres délégations qui vont arriver, nous allons travailler dans des meilleures conditions et nous profitons de votre caméra ou de votre micro pour dire bonjour au peuple centrafricain et vous avez également le bonjour du peuple ami et frère du Burkina-Faso  au peuple centrafricain », a conclu Monsieur BALA SAKANDE.

Retenez qu’au nombre des nouveaux arrivants pour la matinée de ce mercredi matin, il y avaient les délégations de la Gambie, du Mali, du Sénégal, du Maroc, de l’Algérie, du Ghana, du Zimbabwe, du Niger, de la Côte d’Ivoire, du Bénin et du Nigeria.

 Dans l’après-midi même de ce mercredi 12, la délégation du Cameroun et celle de la Guinée Equatoriale conduite par Monsieur Santiago NSOBEYA EFUMAN NCHAMA, Premier Vice-président de l’Assemblée Nationale qui sont arrivées à bord de la Compagnie Kenya Airways.

D’autres délégations sont attendues demain, jour de la cérémonie d’ouverture des travaux à savoir entre autres l’Angola, le Gabon  et les deux  Congo.